Press

HERBES & GOLEMS


NEOSPHERES
« C’est toujours un plaisir d’apprendre la sortie d’un nouvel album de Denis Frajerman, car c’est la sûreté d’être projeté dans un imaginaire de steppe sibérienne, au plus proche de l’élément végétal, là où la beauté foisonnante n’en cache pas moins en trompe l’oeil un danger de mort imminente.
Le plaisir est d’autant plus grand avec Herbes & Golems que l’idée originelle qui l’a animé est de constituer une suite à son premier album solo Les Suites Volodine, celui-là même qui nous avait pour la première fois projeté dans l’univers du post-exotisme d’Antoine Volodine. À l’époque cela provoqua en retour pour nous la découverte de ce magnifique auteur du post-apocalyptisme totalitariste, de ses premiers écrits dans la collection de science-fiction « Présence du futur » à Des anges mineurs (éditions de L’Olivier, 2001) en particulier. Denis Frajerman s’inspire vingt ans plus tard, de Herbes et golems (éditions de L’Olivier, 2015) de Manuela Draeger (l’un des nombreux hétéronymes d’Antoine Volodine). Ainsi donc, nous retrouvons des éléments que Denis Frajerman n’a jamais vraiment laissés de côté : des rythmes de transe, des bruissements, des cris et chants d’animaux et d’oiseaux, quelques autres atmosphères empruntées à l’infinie palette fournie par la nature, ici la menace d’un loup, là une averse orageuse faisant parler le dieu-tonnerre, ou encore l’habileté de mélodies doucement inquiétantes. Le tout est servi par un poly-instrumentiste jouant avec les limites techniques, car Denis Frajerman agit seul sur ce disque, comme au temps des Suites Volodine. Il y a bien sûr quelque chose de chamanique dans Herbes & Golems, la musique ouvre un intriguant point de passage vers l’autre monde, celui des esprits ». — November 2018.

DAVID F PRESENTS
Mon ami Denis Frajerman sort ce mois ci un splendide nouvel album intitulé « Herbes et golems ». En voici un extrait, où l’on rentre directement dans le vif du sujet. Mais je vous conseille d’écouter l’album en entier (qui est vraiment conçu comme une suite musicale qui se développe dans le temps) en suivant ce lien. C’est très bien mixé et complètement intemporel (ce disque aurait bien pu sortir chez Recommended Records il y a 20 ans, par exemple) mais en même temps complètement Denis Frajerman ! Au début du disque j’entends comme un clin d’oeil à la musique de Moondog surtout à cause des rythmiques et des maracas… Mais les références sont trop réductrices pour donner un réel aperçu de la musique. Et comme souvent chez Denis Frajerman, il y a un lien très fort à la littérature : ce disque a été inspiré du livre de Manuela Draeger (aka Antoine Volodine), “Herbes & golems” (Editions de l’Olivier). Le disque doit s’écouter comme un long voyage en sons autour du monde. My Life in the Bush Of Ghosts version Frajerman. (David Fenech) — October 2018.

 

RIVIÈRES DE LA NUIT


RYTHMES-CROISES.ORG
« Denis FRAJERMAN, qui a d’abord fait ses premiers pas de compositeur au sein du groupe expérimental français PALO ALTO, a toujours été passionné de littérature et d’oralité, collaborant régulièrement avec des conteurs et des écrivains lors d’émissions de France Culture. Compositeur de bandes-son pour des spectacles de danse contemporaine, de théâtre d’objet, des films d’animation, des courts métrages, des documentaires, il développe depuis quelques années en tant que guitariste une approche de cet instrument influencée par la musique folklorique grecque et le blues rural du sud des États-Unis.
Son haut fait d’arme restait jusqu’ici Les Suites Volodine, organisées autour des livres d’Antoine VOLODINE, avec il partage un goût prononcé pour les ambiances envoûtantes, l’humour noir et la sorcellerie. Mieux, FRAJERMAN et VOLODINE ont également collaboré à deux reprises pour créer Des Anges Mineurs, oratorio post-exotique pour un ensemble de 6 musiciens, cantatrice, narrateur, danseuse et vidéaste, et Vociférations, Cantopéra, pour 11 musiciens, commande des Ateliers de Création Radiophonique de France Culture.
Cependant, avec ce tout récent Rivières de la nuit, nous sommes désormais bien loin du « post-exotisme » exacerbé des Suites Volodine. Ceci fait place nette pour une musique raffinée et mélancolique, puisant tour à tour dans la musique contemporaine, la folk, la cold wave, le jazz ou encore la musique de chambre. Ces neuf pièces se révèlent mystérieuses et hantées, sinueuses et aériennes, en plus d’être rehaussées de cordes magnifiques et de voix féminines aux intonations magiques. Des images naissent dans notre tête. Des rêves ? Des souvenirs ? Ou des espoirs déçus ? Nous ne savons plus.
Rivières de la nuit est construit autour du livre homonyme de Xavier BOISSEL, écrivain né en 1967 à Lille. Redoutant un cataclysme planétaire, une Fondation a construit dans les glaciers d’une île, au Pôle Nord, une chambre cryogénique censée préserver la diversité des espèces végétales – environ cinq millions d’échantillons – peuplant la planète. Elle charge Elja Osberg d’en être la sentinelle. Très vite, une catastrophe climatique de grande ampleur survient. Elja Osberg comprend qu’il est le dernier homme.
À partir de ce récit riche et prenant, Denis FRAJERMAN, tisse sa musique avec art et méthode, méticulosité et sensibilité. On pense ici à COCTEAU TWINS, là à Béla BARTOK, ou encore à Bernard HERRMANN et à Michael NYMAN. C’est assez dire la très haute qualité de ce nouvel album et le plaisir qu’il procure à chaque nouvelle écoute ». (Frédéric Gerchambeau)— December 2017.

ROCKERILLA

« En quarante ans de carrière [sic] Denis Frajerman s’est fait une réputation de poète de la musique. Après l’ expérience Palo Alto le musicien français a publié des albums de plus en plus expérimentaux, privilégiant ces dernières années les travaux avec les quartet à corde et les chanteuses lyriques.
 »Rivières de la nuit » est un album choral : un orchestre d’une douzaine d’instrumentistes accompagne sur la pointe des pieds les compositions du patron, dans un nuage suspendu entre folk et musique classique. Le légendaire trompettiste Rhys Chatham fait même une apparition dans le très long morceau « Un aurore de Lune ». (Roberto Mandolini)— January 2018.

MEDIA PART

« Musique répétitive, quatuor à cordes (Hélène Frissung, Fanny Kobus, Carole Deville), bois (Cassandre Girard à la flûte, Laurent Rochelle à la clarinette basse et au soprano, mais aussi Daniel Palomo-Vunesa aux saxophones et Rhys Chatham à la trompette), percussion plutôt que batterie (Jeremy Chinour, Loïc Schild), poésie vocale (Guillaume Boppe, Sophie M, Géraldine Ros, Justine Schaeffer), on retrouve encore ces références dans Rivières de la nuit du guitariste Denis Frajerman. Comme dans les autres disques, le jazz s’affranchit ici du swing en privilégiant néanmoins les expressions individuelles se dégageant d’orchestrations soignées. Les voix se font incantatoires ou simplement narratives. Les instrumentaux évoquent des paysages cinématographiques dont le cinéma ferait bien de se passer quand il joue les redondances ! La musique a un pouvoir évocateur inégalable, suggérant le hors-champ mieux que toutes les images ». (Jean-Jacques Birgé) — February 2018.

RNE3

“Rivières De La Nuit” es el primer álbum producido por Douzième Lune, un sello dedicado a la creación experimental y contemporánea. Rivières de la nuit, se ha estado gestando durante varios años y es un testimonio de la importante evolución musical de Denis Frajerman.
El tormentoso post-exotismo de Les Suites Volodine se ha ido hace tiempo, dejando espacio a la música refinada y melancólica que se basa en la música contemporánea, el folk, la cold wave, el jazz y la música de cámara. Los tracks del disco resultan ser piezas inquietantes y vaporosas con su especial incapié en el lirismo, las cuerdas y las voces femeninas llevadas a su máxima expresión por los actores instrumentales y los artistas invitados.
“Rivières de la nuit” desarrolla la dimensión de banda sonora como podemos apreciar en el tema que escuchamos esta noche: “Glassnost” parece ser un homenaje a la música de Michael Nyman compuesta por Peter Greenaway. Un mundo rico y visual (Une Aurore de Lune y sus evocaciones paisajistas) en el que el escritor Xavier Boissel encontró la inspiración para su escritura. Un trabajo de alta calidad centrado en la imaginación.

LIABILITY

« Il est parfois usant de chercher un label pour sortir ses propres disques. Entre diverses tractations et attentes interminables, il n’est pas étonnant de voir certains artistes créer leur propre structure afin de tout maîtriser. C’est le cas de Denis Frajerman (membre de Palo Alto) qui a monté Douzième Lune afin de pouvoir sortir Rivières de la nuit, un album dont la gestation a été plus que longue puisque s’étalant sur plusieurs années. Il faut dire qu’il aura fallu réunir pas mal de monde pour concevoir ce disque En effet, Denis Frajerman n’a pu faire ce disque seul et il s’est entouré de bon nombre de musiciens comme Rhys Chatam, Carole Deville ou Hélène Frissung. C’est aussi sans compter sur les chanteuses (Sophie M, Justine Schaeffer et Géraldine Ros) qui renforcent ce qui s’apparente comme une bande son marquée par l’influence d’un Michael Nyman. Même si ce n’est surement pas la seule, elle est tout de même assez récurrente. Pour autant, Rivières de la nuit est, comme son nom l’indique, un beau disque aux accents nocturnes. Si celui-ci s’éloigne de ses premières expériences électro-acoustiques, il est plus dans la continuité de ce qu’il a pu déjà réaliser au sein du Frajerman String Quartet. Ceci étant, on sent que la seule musique acoustique orienté vers la musique de chambre n’est pas le seul élément qui a inspiré ce disque. Le jazz, la cold wave, la musique de film sont des parts non négligeables dans l’ossature de Rivières de la nuit. Dans un univers onirique qui fait une part belle à une sorte de mélancolie qui ne tombe jamais dans la dépression. Bien au contraire, la mélancolie de Denis Frajerman est souvent heureuse, rêveuse et voyageuse. Elle développe une sorte de poésie qui touche autant au cœur qu’à l’intellect. Si Rivières de la nuit est un disque soigné, subtil et fourmillant de détails (rien qu’un morceau comme Aurore de lune vaut son pesant de cacahuètes) il a aussi ce petit côté précieux, mais jamais fragile, qui donne l’impression que la musique de Denis Frajerman a été déposé dans un écrin. Quand celui-ci s’ouvre toute la richesse de ce disque éclate et se diffuse comme un doux poison dont on ne peut plus se passer. En constante mutation, Denis Frajerman continue donc d’évoluer et il ne finit plus de nous surprendre, Rivières de la nuit étant peut-être à ce jour l’une de ses plus belles réalisation »s. (Fabien)— March 2018.

VITALWEEKLY.NET

« Musical activities started for Frajerman with the French experimental band Palo Alto. He recorded a dozen albums between 1989 and 2011 with this band that I only know by name. In 1999 he released his first solo album ‘Les Suites Volodine’ (Noise Musem/Naïve, 1999), a work inspired on the writings of Antoine Volodine. Also Frajerman is above all a poet, who happens to be a musician as well. So many of his projects intertwine music and poetry in one-way or another. This is also the case for his new album ‘Rivières de la nuit’. It is the first release by Douzième Lune, a label that will release more stuff by Frajerman in the near future. Although the poetry is found most of all in the music itself, as this album is mainly instrumental. Frajerman himself plays guitars and small percussion and is assisted by about 13 musicians (vocals, violin, percussion, saxes, cello, flute, etc.). Surprising is the appearance of Rhys Chatham in one track on trumpet. But this concerns a recording from 1997. The music is of a very melancholic nature, as well as melodic and lyrical. He combines aspects of jazz, folk, and chamber music. In atmosphere and aesthetic there is a link with the Hector Zazou albums in the Made to Measure Series for Crammed Disc. This especially counts for the opening track ‘The Lifts’. The compositions are nice and colourful instrumented and arranged. ‘Noverem’ has beautiful vocals by Géraldine Ros. All music is composed, arranged, recorded and mixed by Frajerman himself, and well performed by his crew. Nice nostalgic and imaginative music ». (DM) — January 2018.

MUSICMAP

“Rivières De La Nuit” è il titolo del nuovo lavoro di Denis Frajerman, polistrumentista e compositore francese ex Palo Alto, con una grandissima passione per la letteratura. Frajerman, per questo suo nuovo disco, ha potuto contare sulla collaborazione di un gran numero di musicisti, confezionando ancora un prodotto piuttosto complesso, figlio dell’ispirazione letteraria e della commistione fra diversi generi. Il disco si apre con il lento evolversi di “The Lifts”, sorretto da brevi inserti di fiato e di archi e costruito intorno alla calda voce di Sophie M.. Più scura è l’ambientazione della titletrack: manca la voce, ma le sono le suggestioni cinematografiche a impreziosire il brano. I ricami eleganti e delicati di “Noverem” esaltano il timbro di Geraldine Ròs. Dopo i due minuti di violoncello di “Cello Solo”, ambientazioni filmiche ricompaiono con “Lambeaux De Ciel”, poi risulta ancora evocativo il titolo di “Requiem For Elja”, data la sua atmosfera funerea. Lo spoken di Justine Schaeffer caratterizza “La Poupée de Fil Dorée”, mentre il lungo percorso di “Une Aurore De Lune” segue schemi più articolati e imprevedibili. “Glassnost” suggella il disco fra le splendide modulazioni vocali di Justine Schaeffer. Frajerman realizza un altro bel lavoro, figlio di grande ricercatezza e del talento di tutti i musicisti coinvolti per la sua realizzazione ». (Piergiuseppe Lippolis) — January 2018.

AMUSIO
« Wie es sich für einen gestandenen Musiker mit Einzugsbereich und Wirkmacht ziemt, beschränkt sich das Schaffen des Denis Frajerman bei weitem nicht allein auf seine Partizipation bei Palo Alto. So stellt auch Rivières De La Nuit (Douzième Lune) nominell nur eine weitere Facette des Komponisten mit Hang zu Gitarre und Perkussion (wenn nicht gar zur Multi-Instrumentalität) dar. Über Jahre von einem insgesamt zwölfköpfigen Ensemble eingespielt, entführt Rivières De La Nuit über jene kategorischen Grenzen hinaus, die an der Schnittstelle von Jazz, Ambient und Kammerpop entstehen.
So dürfen mal wieder die Veröffentlichungen des Crammed Disc Labels dazu herhalten, um kurz anzudeuten, was sich auf Rivières De La Nuit so alles abspielt. Und das ist mehr als eine vorab bestimmbare Menge. Denn mit jeder Wendung, mit jedem Kniff, der vorgenommen wird, waltet eine Einladung zur unvoreingenommene Versenkung, wobei der zur Verfügung stehende Klangkörper seine Reize stets sukzessive und wohl dosiert entfaltet.
Allein bei dem über zehnminütigen Raumklangwunder Une Aurore De Lune könnte man der Versuchung erliegen, sich auf einer Streckbank zu wähnen. Denn wo zuvor (und beim Ausklang mit dem vokal veredelten Glassnost danach) die kompositorische Disziplin ihr Zepter subtil zu schwingen verstand, tritt hier, zu guter (Vor-)Letzt, doch noch eine konzeptionelle Strenge an den Tag, die dem an sich von einer bemerkenswerten Leichtigkeit allen Seins durchdrungenen Albums eine Pose verschafft, welche dem Format zur Vollendung gereicht. Wohl bekomme der Leckerbissen ». (Stephan Wolf ) — February 2018.

SONIC SEDUCER

« Das junge Label Douzième Lune nimmt seine Aktivitäten mit einem ambitionierten Album des Musikers Denis Frajerman auf. Bekannt ist Frajerman u.a. durch seine Veröffentlichungen auf Noise Museum und als Teil der höchst umtriebigen Band Palo Alto. Mit mehr als einem Dutzend Gastmusiker entwirft er auf „Rivières De La Nuit“ eine frische wie zeitlose Form melancholischer Musik. Folk, Kammermusik, Jazz und unterkühlter französischer Wave verschmelzen ineinander. Béla Bartók steht als Referenz ebenso im Raum wie die Cocteau Twins oder die Filmscores von Michael Nyman. Auch wenn Frajerman und seine Gäste dem Pop näherstehen als dem Kunstlied – hier denkt jemand in großen Dimensionen. Dazu passt auch, dass dieses Album nur den Anfang der Zusammenarbeit mit Douzième Lune darstellt. Eine 4-CD-Box nebst umfangreichen Text- und Bildband wartet ebenso auf ihre baldige Veröffentlichung wie ein Album mit vertonten T. S. Elliot-Texten ». (Sascha Bertoncin) — February 2018.
NITESTYLEZ
 »Put on the circuit as cat.no. 001 of the new label Douzieme Lune is « Rivieres De La Nuit », the most recent album by Denis Frajerman who has been active as a solo producer since 1995 and left his mark on the scene as a member of groups like Palo Alto or Le Chiendent as well. With his latest album the French artist, alongside an army of guest musicians, kinda leaves his experimental roots behind and feasts in a deep, and obviously red wine-infused, rainy afternoon melancholia, starting with the 8+ minutes Jazz Noir / Pop Noir piece « The Lifts » with its beautiful vocals and folksy, hand-picked guitars meandering through the stereo field whilst the title track provides an exotic yet hypnotic, slightly Krautrock-influenced traction and « Noverem » pairs Exotica, Latin elements and Opera-influenced vocal exercises to a unique and thrilling effect. With « Cello Solo » we find a darkish, approx. 2 minutes long skit which is exactly what its title promises, « Lambeaux De Ciel » comes across as a vernal, innocent and pure take on what modernist, instrumental Folk can be these days whilst « La Poupee De Fil Doree » is a multilayered exercise in ever repeating motifs in Jazz and « Requiem For Elja » brings on a somehow Future Jazz-related, dancey feel whilst introducing both widescreen panorama arrangements and Spoken Word poetry to the listener. The nearly eleven minutes spanning « Une Aurore De Lune » evokes, without being Rock-related at all, memories of a beloved Rock classic whose name escapes us right now and the final cut « Glassnost » provides quite a bit of (Neo)Classical drama and sonic expressionism for those who know. Defo one of a kind, this album is ». — February 2018.