Press

VARIATIONS VOLODINE


Variations Volodine’ set Antoine Volodine’s prose poems to musical arrangements authored by Denis Frajerman.

The writer’s quill, by turns prophetic and incantatory, on the one hand, and the melodic enchantments of the musician-traveller on the other, together enhance the post-exotic universe at the heart of its poetic setting. This boxed set consists of six albums created by Denis Frajerman, as well as prose poems by Antoine Volodine. The whole is a labyrinth in which to become lost, with all the senses open to euphoria, bewitched by voices, among which at times is that of the writer himself.

About a month ago, La Volte released a truly stunning box set including a 64 pages book together with 6 CDs. Going through the project I feel that it was an enormous effort to finalize it. How long did you work on it?

Denis Frajerman: It took about four years, from the initial idea with the publisher Mathias Echenay from La Volte until its realization.

Were you aware of each other’s artists output before actually meeting?

Antoine Volodine: I heard of Denis Frajerman by Jacques Barbéri, at the end of the 80s. Both participated in the band Palo Alto and Barbéri had told me the greatest things about Frajerman’s first compositions, while pointing out to me that he knew my books and liked them. Very quickly then I was in contact with Frajerman, who at the time was creating surreal and bizarre music on small tapes, at least that’s what I knew of him. We corresponded, I went to his recording studio called Le Nautilus to record some prose poems. ‘Les Suites Volodine’ was a shock for me: a transposition into musical emotions of the images I had written. More exactly, the images that were born in me listening to the music of Frajerman stuck perfectly to what already existed in my small worlds.

Denis Frajerman: I was also shocked when Jacques Barbéri read me passages from Lisbonne dernière marge. But who had written these dazzling texts? Volodine! Jacques said to me. And there I had started reading all the books he had published and started to compose with the universe of Volodine. I had made sheets corresponding to the characters, at key moments and in the composition of the first piece, Le Montreur de cochons, many sounds resonate with the text. But therein lies the secret of alchemy.

And how did you first get in touch and what led to a project of this magnitude?

Antoine Volodine: That’s how we got in touch… very early, when you think about it, in our artistic history. More than thirty years ago, all the time of a lifetime of creation. And, of course, we stayed in touch all this time. The project of a joint creation as such crystallized around Vociférations, which was played in concert at the Lieu Unique in Nantes and corresponded to a commission from France Culture. But the initiatives of composition, CD publishing, adaptations, were for the most part taken solely by Frajerman.

Would you elaborate on the concept behind it?

Denis Frajerman: The concept was the slightly crazy idea of bringing together texts by Volodine and 6 CDs composed with or around the work of the author.

Mr. Volodine, would you like to talk about some of the main inspirations for your prose.

Antoine Volodine: This is a very broad question, so I will only answer it partially. At the origins of my books, of my little romantic universes composed with several voices, signed by several authors, there is a perception of the world which witnesses with despair the failure of humanism, the incessant bloody conflicts, the capitalist stupidity of humanity and war, to the systematic accumulation of disasters marking the history of the 20th century and our 21st century already well immersed into horror. The voices of my narrators are interested in following destinies mutilated by the machine of wars, the collapse of civilizations, the extinction of the human species. We follow individuals in their difficult survival. This is superimposed on a culture that is partly Russian, partly Asian, and above all revolutionary, internationalist and egalitarian. But another culture is at work, surreal, dreamlike, in love with fantasy and images, therefore linked to cinema and music, perhaps more than to literary inspiration as such.

Please elaborate on the phrase “post-exoticism” and its ties to Bardo – a Tibetan word naming the intervals of life.

Antoine Volodine: And yes, our universes are crossed, not always but often, by a game with death that our characters graze and go beyond. As in the Tibetan Book of the Dead, the deceased we portray continue their existence after death and live forever in worlds made up of distorted memories, fantasies and a new post-mortem reality. They live in floating worlds that it is easy to call the Bardo, and which are, for us, parallel worlds, worlds of fiction where, unfortunately, the ugly human wandering that they knew during their lifetime is repeated, exhaustingly, grimly and hopelessly. Our survivors are already dead, which gives the fiction many perspectives and relieves the characters of the anguish of their disappearance. I would add that placing characters in the Bardo makes it possible to develop events and images that make the fantastic, in a way, natural: no need to do complex literary acrobatics to justify bizarre metamorphoses, or the presence of bird-characters, or incursions of witches and magic, or the disproportionate lengthening of duration, temporal inconsistencies, no need to tediously explain what preceded the extinction of humanity, and, at the same time, no need to modify a type of writing that remains, basically, perfectly realistic…

Do you approach prose poems with a different creative angle?

Antoine Volodine: Several of the prose poems that appear in the box are to be linked to the origins of post-exoticism, they were written in the 80s, when I was wrongly considered a science fiction author. A superb surreal magazine had invited me to write poetic texts: Les Cahiers du Schibboleth. When the journal ceased to exist, I no longer published texts of this kind. But I never stopped writing them, and, with a different language, these poems became short texts that one encounters in many post-exotic novels, for example in Terminus Radieux where they express the magical whistling of the demiurge Soloviei. These are always moments of creation a little apart from the rest. They give me intense writing pleasure. In fact, even if they have a more concentrated texture than the fictional productions, I consider that they fit completely into the post-exotic continuity.

Mr. Frajerman, how difficult was it for you to work on the music? What was the process? Were you daily in touch and is your approach to laying down music a building block process?

Denis Frajerman: Composing has never been complicated for me. I am lucky to be constantly inspired, I have never known in my career the blank page of inspiration… So composing around Volodine’s work has always been a great pleasure. As soon as I finished a piece I sent it to him and he was always very enthusiastic. He even gave titles to some compositions.

You had a strong connection to literature as musicians since the beginning in Palo Alto. What in particular fascinates you the most when working with storytellers?

Denis Frajerman: The work on oral language. With the storytellers there has always been a lot of work done beforehand, reading the text, what atmospheres and what instruments to use… Attending rehearsals. These are exchanges that enrich my creation.

And how was it to work with Mr. Volodine?

Denis Frajerman: Marvelous.

Do you find yourself to be a perfectionist, in control, or do your ideas lead you, taking on a life of their own?

Antoine Volodine: Perfectionist, certainly. I work and rework my texts constantly. I make sure that nothing escapes me, all post-exotic authors have the same creative discipline. So, in my opinion, if nothing escapes, it means that nothing has the possibility of taking on a life of its own.
Denis Frajerman: I always imagine my compositions while dreaming, I have waking dreams and the music springs up. I then play it with instruments from my collection, record it in my studio, then comes the real control, where I can handle the sounds in an extremely perfectionist way with the mixing : the final stage, the one I prefer.

One of the strongest elements in your music is atmosphere. Would you agree that it’s a basic ingredient in your work?

Denis Frajerman : Yes we can say that but my music is above all narrative. If I hadn’t plunged into music at 20 with the band Palo Alto, I would have become a writer. I had to make a choice. But the music has invaded everything since that time.

What is next for you in this weird dystopian world we started to live in?

Antoine Volodine: To tell the truth, no next step is planned, except that which consists in continuing to survive.

Denis Frajerman: Follow the road…
Klemen Breznikar

ENTRE EN CATALEPSIE
Variations Volodine d’Antoine Volodine & Denis Frajerman

Parlant de Koma Kapital, j’écrivais que le retour de la littérature contemporaine vers une certaine oralité la conduit parfois à se prolonger dans de véritables performances musicales, dignes de Tuxedomoon (qui influence à l’évidence aussi bien Anne-Claire Hello que Denis Frajerman, voir cet article des Inrocks).

Le coffret de six disques et un livret que publie la Volte en ce début d’année, les Variations Volodine (écoutées et lues en service de presse), en fournit une preuve supplémentaire, en retraçant le compagnonnage que le musicien Denis Frajerman a entretenu, durant vingt-six ans, avec l’oeuvre d’Antoine Volodine.

Ce qu’il y a, sans doute, de plus remarquable dans cette aventure (que le musicien lui-même considère comme l’oeuvre de sa vie, voir cette vidéo), c’est l’ambition de Denis Frajerman : non pas simplement habiller les mots d’Antoine Volodine, mais procéder à une véritable recréation, dans le monde musical, du projet mené par Volodine dans le monde littéraire, à savoir, comme l’écrivain le disait dans Chaoïd, « écrire en français une littérature étrangère » – autrement dit faire émerger dans la langue classique, en la minant de l’intérieur, une véritable langue mineure (pour reprendre le vocabulaire de Gilles Deleuze & Félix Guattari).

L’objectif de Denis Frajerman sera donc, à peu de choses près, d’écrire en France une musique étrangère, « comme si la musique allait en voyage, et recueillait toutes les résurgences, fantômes d’Orient, contrées imaginaires, traditions de tout lieu » (Deleuze & Guattari, Mille plateaux, page 120) – une musique qui ait quelque chose de ce chamanisme cher à Antoine Volodine.

Cela va passer, en premier lieu, par l’usage de procédés musicaux analogues aux procédés poétiques employés par Antoine Volodine, dont les poèmes en prose présents dans le livret offrent un excellent aperçu (pour moi, ils sont même la quintessence du style de Volodine) :
– un travail sur l’introduction de sonorités étrangères au classicisme musical occidental, tout comme Volodine use de mots rares ou inventés pour saper la langue littéraire classique (voir ma chronique sur Les Filles de Monroe, mais aussi les poèmes du livret, par exemple « Déshonneur des maîtres », page 26, « ils s’engoulevèrent tous deux dans les regorts de la seizième montagne ») ;
– un travail sur les répétitions, de brefs motif mélodiques pour Denis Frajerman, ou d’images et de mots pour Antoine Volodine (c’est particulièrement frappant dans les poèmes du livret, dont les paragraphes se font souvent écho, quand ils ne se réécrivent pas ouvertement, comme dans la boule de neige « Quatre propositions pour un rai » page 17).

Cela va aussi passer par un travail particulier sur la voix, qui suivant là encore une formulation de Deleuze & Guattari (Mille plateaux page 122), va être intégrée dans « une machine musicale qui met en prolongement ou superposition sur un même plan sonore les parties parlées, chantées, bruitées, instrumentales et éventuellement électroniques ».

C’est sans doute moins évident dans la première (brève) rencontre entre Denis Frajerman et Antoine Volodine, où les percussions (le zarb d’Hervé Zénouda) et surtout les cuivres (joués par Eric Cornet et Jacques Barbéri, qui n’est pas que producteur de mondocame) se mettent au service du côté féodal des quatre poèmes en prose lus par Antoine Volodine : les versions définitives de « Dura nox, sed nox » (page 11 du livret) et de « Justice est fête » (page 28), et les premières versions, plus courtes, de « Ecorçage du roi » (page 16) et « Adieu à la reine » (page 18).

Tout de même, Antoine Volodine lit ces quatre poèmes, pourtant plus féodaux que post-exotiques (leur ambiance, très réussie, fait parfois penser aux textes symbolistes de Marcel Schwob), avec un accent russe, qu’il ne réemploiera guère, et encore, par intermittence, que dans le cantopéra « Vociférations » : sans doute est-ce une manière, pour lui, de « minorer » sa voix, de signifier que son timbre n’est qu’un possible parmi d’autres (dans le post-exotisme naissant).

En revanche, dès les « Suites Volodines », le deuxième disque (dont on peut écouter un extrait sur le site de Denis Frajerman), la musique s’infléchit pour devenir, véritablement, post-exotique :
– les cuivres (joués par les mêmes musiciens, auxquels vient s’adjoindre Marc Resconi) se font mélancoliques ;
– les percussions s’enrichissent, via des maracas ou des sistres, d’un bruit de sonnailles chamaniques, qui se retrouvera dans « Des anges mineurs » ou dans « Les Fugues Volodine » ;
– les seules voix humaines qu’on entend ne déclament aucun texte, elles chantonnent, voire grognent (dès le premier morceau, « Un cloporte d’automne »).

Bien que Denis Frajerman se soit inspiré de passages précis de romans de Volodine (Biographie comparée de Jorian Mulgrave, Le Port intérieur, Lisbonne dernière marge), les cinq « Suites Volodine » définissent à peu près toute la palette d’ambiance employée par Antoine Volodine dans ses oeuvres – elles pourraient servir de bande-son à n’importe lequel de ses romans, quoi.

Notez au passage que Denis Frajerma emploie (dans les deuxième, troisième et sixième disques) des noms de genres musicaux connus (suite, sur idée extra-musicale ; oratorio, profane ; fugue), mais qu’il en crée aussi de nouveau (le cantopéra décliné sur les quatrième et cinquième disques) – exactement comme Antoine Volodine écrit des narrats ou des entrevoûtes à côté de ses (fort peu classiques il est vrai) romans.

Revenons-en au traitement de la voix (donc des textes d’Antoine Volodine) par Denis Frajerman, avec l’oratorio « Des anges mineurs » (troisième disque), inspiré (justement) des narrats de même nom.

Dans la chronique que je leur consacrais, j’écrivais que ces narrats se répondaient, comme autant de reflets dans un miroir, autour du narrat central : l’oratorio confirme obligeamment cette hypothèse en regroupant, dans son premier morceau, le premier narrat, ‘Enzo Mardirossian », et le dernier, le quarante-neuvième, « Verena Yong », sous le titre « Le Régleur de larmes ».

Simplement, la voix d’Antoine Volodine (sans accent russe) ne va plus primer sur la musique, qui va s’élever jusqu’à couvrir un passage entier de « Verena Yong », celui consacré à l’union du narrateur avec le personnage éponyme : l’effet rappelle irrésistiblement celui utilisé par Jean-Luc Godard au début du film Week-end ; mais plus qu’à chasser la thématique amoureuse de l’oratorio, cette « inaudibilité partielle » me semble surtout, ici, destinée à signifier le refus de tout logocentrisme (donc l’égalité de la voix avec les autres sons, que j’évoquais plus haut).

Du reste, dans le deuxième morceau, pour rendre compte de la litanie (« ici repose ») de Marina Koubalghaï (ou Koubalkaï, narrat 10), la compagne d’Artiom Vessoly, l’écrivain évoqué dans le poème « Spectre du deuxième sous-bois » (page 13 du livret), Denis Frajerman va se reposer sur la musique seule (le saxophone de Jacques Barbéri et le violon d’Hélène Frissung, notamment).

La voix d’Antoine Volodine ne va réapparaître que dans le troisième et dernier morceau de l’oratorio, qui fait écho (entre autre par sa longueur) au premier, mais avec là encore un gauchissement délibéré : alors que le morceau s’appelle « Rachel Carissimi » (narrat 35), Antoine Volodine lit un extrait de « Dora Fennimore » (narrat 45), comparable par son aspect de promenade urbaine, mais y introduisant un aspect amoureux – celui couvert par la musique dans le premier morceau.

Avec ces thématiques lyriques, et malgré son orchestration fort peu classique, « Des anges mineurs » relève bel et bien du genre de l’oratorio ; mais cette référence même aux genres musicaux classiques va s’estomper avec l’invention, par Denis Frajerman, du cantopéra, sur les quatrième et cinquième disques.

Comment comprendre ce mot-valise ? Je serai tenté de dire qu’il s’agit de la fusion entre le poème en prose (le canto cher à Ezra Pound) et l’opéra, tel que l’emblématisent des voix de femmes et un accompagnement de cordes – c’est particulièrement vrai sur le très dépouillé (mais très efficace) « Terminus radieux », où le violoncelle de Carole Deville, déjà entendu sur « Des anges mineurs » et « Vociférations », a le premier rôle, ou presque.

Sur « Vociférations » (quatrième disque, dont on peut, là encore, écouter un extrait sur le site de Denis Frajerman), les poèmes en question, récités sur toutes les plages hormis celles d’ouverture et de fermeture, sont les Slogans de Marina Soudaïeva, un des nombreux hétéronymes d’Antoine Volodine – soit une série de (réjouissants) conseils surréalistes (« Pends-toi à tes propres os », « Entre en catalepsie »), ici traités comme des motifs musicaux à part entière, intervenant au même rang donc que les autres instruments.

Sur au moins une plage, « Myriam Dahaliane », ces slogans, lus par Antoine Volodine lui-même, se retrouvent entremêlés de murmures (ceux de Lise N) et de litanies de noms propres (chantées par Géraldine Ros sur fond de musique éthérée) : cela annonce d’ores et déjà les quasi-canons qui vont se mettre en place dans « Terminus radieux ».

Venons-en justement à « Terminus radieux », cantopéra inspiré par le roman du même nom : ici, il n’y a plus de textes déclamés que dans six plages sur quinze, et ils sont lu majoritairement (cinq plages) par Justine Schaeffer (une voix d’homme intervient aussi sur deux plages, mais sauf erreur de ma part, ce n’est pas celle d’Antoine Volodine, mais celle de Denis Frajerman lui-même).

La voix est pourtant omniprésente, mais sous forme de simples syllabes psalmodiées – sur les plages titrées « Eloge des camps », l’effet me rappelle irrésistiblement la mise en musique par Hélène Martin d’un poème d’Aragon consacré à Auschwitz, mais je surinterprète sans doute.

A part la première plage, qui reprend l’épisode du scribe, les textes déclamés sont en général aussi peu narratifs que ceux de « Vociférations » : une litanie de certificats (ou de vocatifs, si vous préférez) sur la deuxième plage ; l’éloge (ironique) des camps sur la quatrième plage ; la prière à « Notre-Dame des vibrations très-chaudes » sur la sixième ; les descriptions poétiques des huitième et quinzième plages.

Sur ces huitième et quinzième plages interviennent justement les manières de canons que j’évoquais plus haut : le texte déclamé (par exemple, « elle fait théâtre » ou « des rideaux de sang, des rideaux de flamme ») est repris sur le mode chanté par une autre voix, avec un certain décalage, donc un certain brouillage – ici, ce procédé rappelle plutôt la façon dont Léo Ferré accompagne la récitation de la ballade « Frères humains » de François Villon par la chanson « L’amour n’a pas d’âge ».

Enfin, sur « Les Fugues Volodine » (le sixième et dernier disque, aussi fascinant que les cinq précédents, avec ses plages de durée égale se répondant l’une l’autre), les voix qu’on entend par moments dans la nappe sonore ne parlent même plus français, mais pulaar, chinois ou yiddish ; la musique, elle, est plus post-exotique que jamais, sur fond de gongs (Marc Sarrazy) et d’instruments à vent (joués par Denis Frajerman lui-même ou par Laurent Rochelle).

Ces poètes qu’on entend déclamer leurs textes pourraient aussi bien être, suivant les mots d’Antoine Volodine lui-même, toujours dans Chaoïd, « des voix décalées, hors de tout territoire et de toute ethnie, des voix internationalistes d’hommes et de femmes en combat contre les réalités désagréables du monde » – autrement dit, les voix mêmes qui fondent le post-exotisme.

Ce parcours que je viens d’esquisser au travers du labyrinthe des Variations Volodine, en prenant le fil d’Ariane de la voix, est certainement des plus sommaires, mais il donnera, je l’espère, un bon aperçu de la richesse de ce coffret, qui ne devrait pas intéresser que les seuls amateurs et amatrices de post-exotisme (toute personne intéressée par le rapport texte / musique devrait y trouver son compte).

Les Variations Volodine, un futur classique de la musique, à l’instar des Variations Goldberg ? Sans doute que oui, surtout si l’humanité continue sa longue agonie…

SALT-PEANUTS
«Variations Voldine» er et mastodontisk prosjekt, hvor Antoine Volodines prosadikt er blitt tonsatt og arrangert av Dennis Frajerman. Over ikke mindre enn seks CDer, får vi et storslagent innblikk i Volodines verden, som både kan være skremmende og fascinerende.
Antoine Volodine er født i 1950, og er pseudonymet til den russisk-franske forfatteren. Arbeidene hans involverer ofte katastrofer og har scener med avhør, og man kan føle at det vi får servert her er soundtracket til en spenningsfilm, eller en dokumentar om jordas undergang og annen styggedom. Han vant Grand Prix de l’Imaginaire i 1987. Og hans mest kjente verk, «Des anges mineurs» (Mindre engler), vant Prix du Livre Inter og Prix Wepler i 2000. Han vant Prix Médicis i 2014 for sin siste roman, «Terminus radieux» (Den strålende endestasjonen). Volodine skriver under flere navn, inkludert Lutz Bassmann, Manuela Draeger og Elli Kronauer. Han har oversatt litterære verk fra russisk til fransk, inkludert forfattere som Eduard Limonov, Arkady og Boris Strugatsky, Viktoriya Tokareva, Alexander Ikonnikov og Maria Sudayeva (som kan være et annet pseudonym for Volodines).
Denis Frajerman startet som komponist i det franske eksperimentelle bandet Palo Alto. Med en sterk interesse for litteratur og muntlighet som musiker, samarbeider han jevnlig med historiefortellere og forfattere for hørespill for radio, oratorier og plater. Han har i mange år vært sterkt knyttet til arbeidet til Antoine Volodine, og hans første soloalbum, «Les Suites Volodine» (Noise Musem/Naïve, 1999), ble direkte påvirket av Volodines forfatterskap. Volodine og Frajerman deler en smak for «hjemsøkende atmosfærer», svart humor og hekseri. Paret har også jobbet med kreasjoner: «Des Anges Mineurs», et post-eksotisk oratorium komponert for seks musikere, en sanger, en forteller, en danser og en videograf (La Cigale, 2000), og «Vociférations», en cantopera for elleve musikere, bestilt av France Cultures Radiophonic Creation Workshops i 2004.
Og det er virkelig en mastodont av en musikalsk reise vi her får være med på. Og det starter mektig med en slags blanding av klassisk musikk, jazz og musikk og resitasjon som tar oss med inn i et musikalsk landskap jeg forbinder med Phillip Glass blandet med Lourie Anderson. Og det høres virkelig ut som om dommedag er her, med mektig musikk, summing fra innsekter, fugler som flakser av gårde, og musikk som mer enn gjerne kunne vært brukt i en spillefilm.
Hele veien tas vi med inn i et musikalsk univers som både er nåtidig og gammelt, men hele tiden med nåtiden som bakteppe, og jeg må innrømme at det har vært en hard «økt» å komme seg gjennom alle seks CDene.
Volodine medvirker fra start med resitasjon, på fransk, et språk jeg ikke er veldig bevandret i, men det spiller ingen rolle, for man forstår hva det stort sett dreier seg om.
Og det er ytterst vanskelig å gi noen fornuftig forklaring på det man får høre, annet enn at det er voldsomt, spennende, kreativt og ytterst fengende. Og setter man seg ned med en og en CD, og tar seg en kaffe eller noe mellom hver avspilling, så får man en musikalsk reise som er enestående. Det er bare å lukke øynene og ta de to pluss et knippe ytterst dyktige musikere ta oss med på en reise som både inneholder besøk i det underjordiske, katastofer og musikk som fenger på samme måte som Phillip Glass og Lourie Anderson.
Det er mulig dette er Volodine og Frajermans kommentarer til hva vi er i ferd med å gjøre med jorden. Og slik synes jeg den fungerer, både med sine skrekkbilder og med den fantastiske musikken Frajerman har laget til Volodines tekster, som i stor grad mest blir et bakteppe for musikken. Tekstene og musikken kan man lese bakgrunnen for i det rikholdige tekstheftet som følger med denne boksen på seks CDer.
Jeg har jobbet meg gjennom de seks platene, fra starten med «Quatre poémes en prose d’Antoine Volodine» (Fire prosadikt av Antoine Volodine» fra 1994, «Les Suites Volodine» (Volodin-suitene) fra 1998, som kanskje er de strekkene som fascinerer meg mest, «Des anges mineurs, oratorio post exotique» (Mindre engler, post-eksotisk oratorium) fra 2000, som jeg oppfatter som den mest «søkende» delen, «Vociférations cantopéra» fra 2004, «Terminus radieux, cantopera» (Den strålende endestasjonen) fra 2015 og til de avslutter med «Les Fugues Volodine» (Volodine-fugene) fra 2020. Og hele veien slås jeg nesten i bakken av det storslagne i musikken, som ikke framføres av store ensembler, men hvor Frajerman har laget og arrangert musikken slik at virker skremmende nok med få musikere, bare de er gode nok.
Og her møter vi en gjeng musikere som har forstått hvor Frajerman og Volodine har villet med prosjektet. Og de følger instruksjonene til punkt og prikke hele veien.
Dette er blitt en av de mektigste, musikalske verkene jeg har hørt siden Carla Bley, Michael Mantler og Paul Haines storverk «Escalator over the Hill» som kom ut første gang i 1971. Musikken er strålende, musikernes bidrag enestående, og tekstene som fremføres både av Volodine, Alline Lebert og Justine Schaeffer forteller sikkert en sterk historie jeg ikke forstår noe av på grunn av det franske språket, men det spiller ingen rolle, og Shaeffers resitasjon sammen med Emilie Nicots mezzo-sopran gjør seg godt på «Terminus radieux, cantopera».
Fremragende, sterkt og seks verk som bør spilles for alle klima-skeptikere rundt om i hele verden.
(Jan Granlie)

SILENCE AND SOUND
Le jour où les chemins du musicien Denis Frajerman et de l’écrivain Antoine Volodine se sont croisés, il ont fusionné pour former de nouvelles bifurcations à la croisée de leurs mondes respectifs, post-exotisme luxuriant aux extensions tortueuses.
Variations Volodine est la compilation de 20 années de travail, soit six CD et un livret de 64 pages, voyages incessants entre les notes et les mots, les ambiances et les structures.
Les narration s’unissent pour donner naissance à une oeuvre titanesque et intrinsèquement liée, les deux artistes se retrouvant chacun chez l’autre, forme de géméllité astrale dont la quintescence se traduit dans leur parcours créatif commun.
Les mots de Volodine se voient enrobées de sonorités mondialisantes, excroissances world aux déviances permanentes, continents fanstasmés aux horizons effacés fusionnant en un territoire imprévisible aux limites sans cesse repoussées.
La puissance des deux prend toute son ampleur, lorsque les images se mettent à devenir indistinctes, bercées par une poésie étrange semblant surgir d’une époque indéfinissable, vestiges de mondes cellulaires unis par une matrice en mutation.
Variations Volodine est un concentré d’arabesques verbales et d’ofèvrerie musicale, objet sonore à l’abstraction sensuelle et à la charnalité émotive. Vital.
(Roland Torres) — Avril 2020.

FIVEROSESPRESS.NET

The post-exotic universe in words and music The Volodine Variations set Antoine Volodine’s prose poems to musical arrangements authored by Denis Frajerman. The writer’s quill, by turns prophetic and incantatory, on the one hand, and the melodic enchantments of the musician-traveller on the other, together enhance the post-exotic universe at the heart of its poetic setting.This boxed set consists of six albums created by Denis Frajerman, as well as prose poems by Antoine Volodine. The whole is a labyrinth in which to become lost, with all the senses open to euphoria, bewitched by voices, among which at times is that of the writer himself.
Antoine Volodine is the author of around forty novels written under heteronyms and appearing in the United States with publishers such as Open Letter, University of Nebraska Press and Dalkey Archive. He is notably the winner of the 1987 Grand prix de l’Imaginaire (for Rituel du mépris, which has not been published in English translation), of the 2000 Livre Inter Prize (for Des anges mineurs) (Minor Angels) and of the 2004 prix Médicis (for Terminus radieux (Terminus Radiant). The writer as devised a litterary movement : post-exoticism, inspired by the Bardo – a Tibetan word naming the intervals of life in which are mixed dreams and realities, reflections on solitude, madness, romantic faithfullness, the failure of revolutionary struggles…
Denis Frajerman made his debut as a composer for the band Palo Alto, before collaborating regularly with storytellers and writers in radio sessions or sound recordings. Intensely fond of the work of Antoine Volodine, he composed his first solo album Les Suites Volodine (The Volodine Suites) in 1998, which shares the writer’s taste for ethereal atmospheres and enchantment. Des anges mineurs (Minor Angels) – a post exotic-oratorio-followed and Vocifèrations(Vociferations) a cantopera for eleven musicians. In 2015, he composed a live performance for 2 classical female singers, a cellist and a guitar called Terminus radieux, about a book of Volodine. In addition, Denis Frajerman composes soundtracks for the theatre, while being deeply influenced by the rhythms and melodies of the Balkan and the Middle East.

DRAME.ORG

La Volte, éditeur entre autres d’Alain Damasio et Sabrina Calvo, publie un coffret de 6 CD de Denis Frajerman autour de l’œuvre du romancier Antoine Volodine, accompagnés d’un petit fascicule. En outre un code permet de télécharger l’ensemble des 6 albums si on souhaite en profiter dématérialisé (sauf que cela ne marchait pas quand j’ai essayé).
Chronologiquement tout commence avec Quatre poèmes en prose d’Antoine Volodine enregistrés en 1994 pour France Culture. Treize minutes où l’auteur est accompagné par Frajerman (bandes, claviers), Régis Codur (gt), Eric Roger (tpt), Jacques Barbéri (sax a), Emmanuelle Franz (vl), Aurore Pingard (vlc), Hervé Zénouda (zarb), Aline Lebert (voix), musique de scène radiophonique où percussions mélodiques et petite fanfare soutiennent les roulements d’r de l’auteur féérisant.
Quatre ans plus tard, sur fond de bestiaire et d’ambiances forestières dignes de Brocéliandre, les Suites Volodine produisent des rythmes incantatoires, terme que j’ai souvent utilisé pour la musique de Frajerman, timbres rappelant le groupe Third Ear Band ou certains disques d’exotica. À Frajerman, Codur, Barbéri, Roger et Zénouda se joignent Sandrine Bonnet (perc, voix) et Marc Resconi (tb) pour cette heure purement instrumentale.
An 2000, Des anges mineurs, oratorio post-exotique, à peu près même durée, convoque le récitant, cette fois sans roulements ajoutés, mais l’orchestre constitué de Frajerman , Barbéri plus Carole Deville (vlc), David Fenech (gt), Hélène Frissung (vl), Daniel Palomo-Vinuesa (sax bar) et Laurent Rochelle (cl bs) s’impose, boucles répétitives où s’accrochent les sons animaliers des instruments. L’ombre de Moondog plane sur ce minimalisme dont l’ambiance s’inspire évidemment des textes de Volodine.
Encore quatre ans plus tard, nouvelle production France Culture, Vociférations cantopéra avec Volodine, Barbéri, Frissung, Deville, Palomo-Vinuesa auxquels Frajerman ajoute Stephano Cavazzini (batterie), Keny 2 (sampler), Fanny Kobus (va), Lise N (murmures), Géraldine Ros (chant). Plus électro, plus fantômatique, entraînant, les boucles parfois de différentes longueurs se désynchronisent pour créer la meute. Volodine est envoutant, la poésie circonlocutoire inspire l’abstraction musicale, leur cousinage profite à l’une comme à l’autre…
En 2015, la petite famille s’est dispersée. Pour Terminus radieux, cantopéra, dont le texte a valu le Prix Medicis à l’auteur, Denis Frajerman joue des guitares avec la violoncelliste Carole Deville et deux mezzo-sopranos, Émilie Nicot et Justine Schaeffer qui dit ce texte plus descriptif comme une Madame Loyal, plus difficile à suivre aussi, malgré l’accompagnement, entre évocation médiévale et néoclassicisme minimaliste à la Philip Glass, sorte d’heroic fantasy que Volodine appelle post-exotisme.
En 2020, sur Les fugues Volodine Frajerman retrouve son ambient ensorceleuse qui manquait au précédent. Il multiplie les instruments tandis qu’Anja Frajerman est aux claviers et que Laurent Rochelle joue des anches et assure les arrangements. Des extraits sonores nous plongent dans un passé cosmopolite. Plus d’ordinateur, ni échantillonneur, ni séquenceur pour cette évocation instrumentale qui clôt cette saga opératique.
J’ai tout écouté dans la foulée, deux journées, ce n’est pas Bayreuth, mais ça se tient, du début à la fin !
Jean-Jacques Birgé (Jan 2022)

RYTHMES-CROISES.ORG
Ancien membre du groupe expérimental français PALO ALTO, le compositeur et musicien Denis FRAJERMAN est l’auteur d’une prolifique carrière soliste dont une bonne partie est inspirée par l’œuvre du romancier Antoine VOLODINE. Son tout premier CD avait du reste pour titre les Suites Volodine (1998). En 2004, il y a eu aussi Vociférations, Cantopéra, avec la participation de VOLODINE en personne.  Mais Denis FRAJERMAN a réalisé au fil des ans d’autres compositions, inspirées par l’univers post-exotique, prophétique et incantatoire de l’écrivain.
Dorénavant, il est possible de découvrir (ou de redécouvrir) tout le corpus musical que FRZAJERMAN a consacré à l’œuvre de VOLODINE avec Variations Volodine, un livre-objet unique en son genre qui contient 6 CD enregistrés par Denis FRAJERMAN et un recueil de textes d’Antoine VOLODINE de 64 pages bilingue (français/anglais).
Outre les deux albums déjà cités, on trouvera donc dans ce coffret d’autres albums de FRAJERMAN inédits en CD : Quatre poèmes en prose d’Antoine Volodine enregistrés en 1994 pour France Culture, Des anges mineurs, oratorio post-exotique (2000), Terminus radieux, Cantopéra, (2015) et Les Fugues Volodine (2020).
Entre ambient hypnotique et minimalisme de chambre en passant par des réminiscences médiévalistes et des paysages électroniques, les bandes-son labyrinthiques et buissonnières de FRAJERMAN déploient une vaste palette électro-acoustiques bourrées de boucles répétitives, manifestations animalières, bruitages naturels, et autres apparitions extra-terrestres au caractère envoûtant.
Le coffret Variations Volodine vient de paraître aux éditions La Volte.


DIACRITIK
Le Post-exotisme : Original Motion Picture Soundtrack (Variations Volodine)
Imaginez qu’on puisse entendre un livre : non pas sa langue, car il suffirait pour cela de le lire, mais son paysage – ses textures, son relief, ce que le langage figure comme potentialité. Imaginez que l’arrière-fond imaginaire qui bruisse dans l’outremonde du livre soudainement se lève et s’incarne ; que quelque chose de la fiction puisse prendre vie, une vie nouvelle. Fermez les yeux, rentrez dans la longue traversée du bardo de ces Variations Volodine.
Derrière ce nom se cache une ambitieuse publication de La Volte, six CDs (physiques et numériques) et un livre de poèmes qui retracent l’œuvre d’une vie : l’adaptation musicale du post-exotisme, ni plus ni moins. De Quatre poèmes en prose d’Antoine Volodine (1994) jusqu’aux Fugues Volodine (2020), c’est un compagnonnage au long cours qu’il nous est permis d’explorer, compagnonnage que le post-exotisme, littératures des poubelles, des prisons, des ghettos, ne cesse de figurer dans ses fictions d’après la catastrophe. La rencontre de Denis Frajerman avec la littérature d’Antoine Volodine a permis au musicien d’investir l’espace onirique de l’œuvre post-exotique et de la déployer en six œuvres étranges, fascinantes, dont les Variations Volodine permettent de mesurer l’ampleur. Lisbonne Dernière Marge, Des Anges Mineurs, Frères Sorcières, Terminus Radieux s’élèvent soudainement comme le monstre de Frankenstein, électrisés d’un flux nouveau, et se mettent à nous parler dans un langage qui ajoute au post-exotique une dimension nouvelle.  Il est justement intéressant de voir comment ces Variations Volodine se glissent dans les interstices des textes pour parvenir à les saisir, à les habiter par les marges.
Difficile, bien entendu, de prétendre circonscrire dans des phrases ce qui dépasse le simple langage : on ne peut qu’inviter à aller écouter ces œuvres étranges, indispensables prolongements de la littérature post-exotique. Car il s’agit bien là d’une œuvre post-exotique en elle-même, puisque la littérature de Volodine y est directement présente : elle est lue, chantée, déclamée, murmurée. À cette littérature s’ajoute la musique de Denis Frajerman qui s’empare de cet univers imaginaire peuplé de cauchemars fantastiques : il y tricote lentement la toile étrange dans lequel se prennent les rêves post-exotiques, un instant immobilisés dans la stupeur des sons. On y voit un Antoine Volodine qui n’hésite pas à mettre la main dans le cambouis, ou plutôt devrait-on dire dans la suie de l’espace noir : il est bien entendu, par sa littérature, l’ombre portée qui habite le travail de Denis Frajerman, mais il est là aussi dans les coulisses, lisant, récitant, murmurant, paré de tous les masques et miasmes et marasmes que le post-exotique permet, tantôt grave et solennel, tantôt contrefaisant un accent russe, tantôt neutre comme le plus terrible des inquisiteurs. Souvenons-nous de certains livres post-exotiques comme Bardo or not Bardo : quand nous mourrons, quand nous préparons à affronter l’errance de l’espace noir d’après la mort, il est bon qu’une voix amie nous guide et nous accompagne, quand bien même cette voix amie nous murmurerait des slogans étranges. Quoi de mieux, dès lors, que les Variations Volodine pour nous accompagner dans le cauchemar du monde bientôt apocalypsé qui est notre réalité actuelle ?
Qu’on se rassure, néanmoins, c’est bien du post-exotisme qu’il s’agit, et sa force étrange et unique se trouve magnifiée par l’univers sonore de Denis Frajerman, qui crée un effet lancinant, hypnotique, mesmérisant, composant de secrètes litanies venues d’un univers de rébellion et de combat. Ce sont des longues nappes chamaniques, des plages sonores incantatoires qui découlent de cette collaboration, qui figure le combat inhérent du post-exotisme ; cette confrontation-théâtre d’un affrontement imaginaire et sorcier – entre quoi ? on ne sait pas mais on sent que ça grince, ça racle, ça rauque, à la manière des ourses volodiniennes perdues sur les banquises irradiées des rêves. L’univers musical de Frajerman n’hésite pas à la dissonance, à la saturation, mais ne s’y limite pas ; une étrange beauté s’y fait jour, obsédante, singulière, qui permet que la rencontre avec le post-exotisme se déroule dans une bienheureuse noce. La musique de Denis Frajerman donne notamment corps aux injonctions étranges de la poésie-litanie des slogans, dont la force se déploie lentement, surement, plongeant l’auditeur-lecteur dans une traversée apnéique qu’il n’affronte pas seul : on respire à côté de lui. L’univers de Volodine s’y trouve magnifiée, bruissant et frémissant de textures déployées, procédant par boucles, reprises, mantras.
Le post-exotique se construit sur une familiarité d’usage qui permet sa plus grande compréhension au fur et à mesure qu’on explore cette œuvre-araignée ; mais elle se nourrit aussi d’une complicité, que les fictions mettent en scène, mais qui est aussi un mode de fonctionnement du post-exotisme lui-même, qui, par son étrangeté et sa radicalité, suppose une bénévolence de lecteurs entre lecteurs. Le post-exotisme est un partage, il se murmure dans le creux des oreilles, il passe de main en main entre lecteurs complices qui défendent et hissent haut le drapeau noir de son insurrection. « On avait là des proses enrichies de musiques qui éclairaient des envers et des avants dont même les insanes les plus insanes ne devaient pas avoir connaissance », écrit Volodine dans l’un des poèmes du recueil. Que les lecteurs post-exotiques soient insanes, c’est un peu vrai ; mais ils le sont par la fraternité créée par cette œuvre elle-même fraternelle ; ils sont insanes parce qu’ils sont frères et sœurs de misère ; ils lisent et relisent et partagent, et bientôt aussi ils écouteront le post-exotisme.
Comment disait Lutz Bassman, déjà ? « Seuls ceux que j’aime, écoutez ! »

OBSKÜRE
Voici un bien bel objet ! Mêlant textes et musiques, ces six CD accompagnés d’un recueil de poèmes d’Antoine Volodine et présentés dans un superbe coffret au format livre représentent à n’en pas douter l’œuvre-maîtresse du compositeur Denis Frajerman. Au départ bassiste du projet expérimental Palo Alto, il a entamé une carrière prolifique dès les années 1990, avec une obsession et passion avouées pour l’écrivain Antoine Volodine, génial romancier aux divers pseudonymes, inventeur du « post-exotisme ». Cette inspiration a vite donné lieu à des collaborations qui se sont étendues sur plus de vingt-cinq ans, l’auteur prêtant sa voix aux compositions mélancolico-ludiques de Frajerman. Deux disques avaient vu le jour : Les Suites Volodine (1998) et Vociférations, Cantopéra (2004). Mais on peut découvrir ici des pièces sonores faites essentiellement pour le médium radiophonique et la scène : Quatre Poèmes en Prose d’Antoine Volodine produits par France Culture en 1994, Des Anges mineurs, Oratorio post-exotique (2000) pour un concert à La Cigale, et les inédits Terminus radieux, Cantopéra (2015) et Les Fugues Volodine (2020).

Avec un nombre de collaborateurs impressionnants, Frajerman a créé son propre univers où se côtoient les bruitages animaliers, les instruments rares, les incantations éthérées, les ritournelles répétitives et les cordes les plus sombres. Flirtant avec le néoclassique, le jazz, l’avant-garde, la coldwave, la musique de chambre, l’électro-acoustique, la world music ou l’ambient, les pièces sonores de Denis Frajerman sont tout cela et plus encore. Minimalistes ou baroques, bruitistes ou épurées, mélodiques ou abstraites, elles jouent des contrastes, avec fantaisie et poésie.

Il y a tant à explorer ici que ce serait difficile de savoir par où commencer, d’autant plus qu’à l’intérieur d’un même morceau de nombreux virages se font sentir. Une chose est certaine, c’est la prédilection du compositeur pour les voix (des sopranos majestueuses à la diction hypnotique de Volodine lui-même) et les atmosphères étranges, joliment ténébreuses et fantomatiques, avec une influence très forte des musiques de l’Est et des rythmes tribaux africains. La transe n’est jamais loin, souvent appuyée par une basse implacable, comme sortie d’un album de Minimal Compact et mise en boucle jusqu’à nous faire pénétrer d’autres mondes.

À classer aussi bien au milieu de vos livres, de vos CDs ou DVDs, cette saga musicale est avant tout une expérience hors normes et un projet éditorial audacieux. Les amateurs de musiques aventureuses ou de la prose de Volodine peuvent ainsi se retrouver pour un périple aux mille surprises. Une plongée euphorisante dans le bizarre, et la beauté qui en découle.

Mäx Lachaud (Jan 2022).

MUSICMAP
Non uno, non due, non tre. Questo lavoro è composto da ben sei dischi! Il musicista Denis Frajerman e lo scrittore Antoine Volodine collaborano dal 1998, e questo cofanetto, intitolato “Variations Volodine”, immortala l’unione delle ambientazioni dell’uno e la prosa dell’altro.

Il primo dei sei dischi è costituito da una sola traccia di quasi 14 minuti: “Quatre poèmes en prose d’Antoine Volodine”, dove la voce di Volodine pronuncia le sue righe francesi, sopra un caotico fondo, che passa da battiti di archi a rumori da concrète musique. Già qui si sente l’intenzione, dichiarata dall’artista “post-esotica”, con le prime ambientazioni da giungla, con versi d’animali. Ma tale elemento emerge con più forza nel secondo disco, “Les Suites Volodine”. Animali feroci ed insetti circondano il primo brano, “Un cloporte d’automne”, accanto a una voce mediorientale. Chiaramente, l’accezione “esotica” ha senso solo agli occhi di un occidentale.

L’improvvisazione musicale si dirige spesso e volentieri verso un andamento semitonale (come le due note de “Lo squalo”, per capirci), molto sinistro e minaccioso. Tale movimento è surrogato dal sax e accompagnato da grilli, in “Incendie dans un cimetiere chinois”. L’atmosfera si distorce in “Au loin une poutre”, seguendo coordinate più africane, con tanto di kalimba (o mbira). Dagli uccellini si passa agli uccellacci, con “Le montreur de cochons”, per entrare in un clima sonoro da film d’azione. Insomma, questa sarà la cifra stilistica che caratterizzerà tutti e sei i dischi: aria minacciosa, suspense, versi di animali. E, dal terzo disco “Des anges mineurs”, torna anche la voce di Volodine, alternata in alcuni momenti, a un’altra voce femminile.

In questo terzo capitolo della… esalogia, ci sono tre tracce, rimarchiamo la terza: “Rachel Carissimo”, anche questa adatta ad uno spy movie, con tanto di tromba muta. Nel quarto disco, “Vociférations, cantopera”, l’”Ouverture” è tutta allarmata. L’inquietudine non cessa neppure in “Seizieme sanglot”, con un sax impazzito à la John Zorn. Nelle tracce successive, l’elettronica si spinge in un clima da videogioco anni ’90-’00, con arpeggi dark come quelli di Medievil. I versi di animali qui si confondono: sono versi di animali modificati elettronicamente, o sono impulsi elettronici che simulano i versi degli animali? Mistero irrisolto, tra i presunti “cani” spaventosi e gli uccellini “acidi” di “Coda” (sia parte 1 che 2).

Il quinto album “Terminus radieux, cantopera”, è quello con più numero di tracce, suddivise in quattro concepts: “Kolkoze”, “Eloge des camps”, “Amok” e la bellissima serie “Taiga”. Qui l’attenzione si rivolge tutta alle creazioni di Frajerman. Dalle atmosfere folkloristiche di “Eloge des camps”, tra mandolino e chitarra balcanica, si passa alla barocca “Taiga”, che unisce un coro di “o” in staccato, un violino vivaldiano, e una chitarra elettrica con tremolo che invece suona molto americana. Una mistura assolutamente originale e coinvolgente, forse la composizione più intrigante di tutti e sei i dischi.

Infine, “Les fugues Volodine” è un’unica performance, suddivisa in 8 tracce. Riecco qui l’inquietudine semitonale, la viola orientaleggiante, l’atmosfera sospesa. In “Ne touche pas” si fa notare però un basso elettrico sferragliante, mentre in “Ne reviens pas a l’an zero” siamo catturati da un suono gassoso. Sembra tutto tranquillo finalmente, ma degli scampanellii fanno alzare le antenne, e il pericolo infatti si palesa, con delle voci mostruose verso la fine. Ma tutto finisce con acqua e zen.

Io non posso parlarvi di quel che dice Volodine, perché non so il francese. Ma suppongo che queste scelte frammentarie e all’apparenza tra loro contrastanti, trovino il loro senso sapendo cosa ci sta raccontando lo scrittore. (Gilberto Ongaro)

WESTZEIT
Denis Frajerman ist ein französischer Elektroniker, dessen Band Palo Alto in den 90ern als eine Art aus der Zeit gefallene Wiedergeburt der Canterbury/Krautrock-Ära galt. Über Palo Alto kam er in Kontakt mit dem vielfach ausgezeichneten franko-russischen Literaten Volodine, der nicht nur eigene PoetikDystopien verfasst(e), sondern u.a. auch Werke der Strugazkis ins Französische übersetzt hat. Die beiden erkannten sich schnell als Brüder im Geiste und begannen eine fruchtbare Zusammenarbeit, die schon 1998 und 2004 zu ersten gemeinsamen Veröffentlichungen führte. Diese wurden nun zusammen mit weiteren, meines Wissens bis dato unveröffentlichten Kollaborationen auf insgesamt 6 CDs gepresst und mit einem schmalen Buch vom Verlag La Volte zu einem hübschen Bündel geschnürt. Der mehrfach auszuklappende Pappschuber macht schon rein optisch etwas her, aber auch inhaltlich beglückt das Ganze Freunde avancierter Klänge sehr. Frajermann spinnt seine elektronischen Kokons um Volodines Texte, die mal (z.T. auch vom Autor) gelesen, mal dramatisch inszeniert und bei den « cantopéras » « Terminus radieux » und « Vociférations » gar opernhaft arrangiert wurden. ArtRock und NeoKlassik, Minimal und ElektroAkustik oder auch RadioKunst: manchmal wirkt das wie Art Zoyd goes StrangeAmbient, manchmal wie Neues Musiktheater. Es bleibt aber tatsächlich über die volle Laufzeit immer irgendwie spannend und abwechslungsreich. Ein « post-exotic universe in words and music ». Wenn nur mein Französisch besser wäre… 5

JAZZMANIA
A vrai dire, on connaissait mal Antoine Volodine. Nous avions aperçu à plusieurs reprises son nom sur les jaquettes épurées, estampillées des Éditions de Minuit, de Gallimard ou du Seuil. Nous ignorions qu’il était en accointance avec la musique. Ces « Variations Volodine » en sont le témoignage éloquent. Il s’agit en réalité d’un coffret élégamment présenté comportant pas moins de six cd et d’un livret d’une soixantaine de pages.

La collaboration entre Antoine Volodine et Denis Frajerman n’est pas neuve, elle remonte à près d’une trentaine d’années. En atteste cet enregistrement de 1994, « Quatre poèmes en prose », produit par France Culture, qui constitue le premier cd. Les autres suivent un fil chronologique qui se termine avec les « Fugues Volodine » enregistrées au printemps 2020.

Multi-instrumentiste, Frajerman a fait ses débuts au sein du combo parisien Palo Alto avant de collaborer avec des conteurs, des écrivains, le théâtre et la danse contemporaine. Il se dit profondément influencé par les rythmes et les mélodies des Balkans et du Moyen-Orient. Ce constat se vérifie par moments, à l’écoute des pièces présentées ici pour lesquelles il a eu recours à bon nombre de musiciens invités.

On n’entre pas dans l’univers de l’écrivain français (Volodine est un des pseudonymes de Jean Desvignes) comme on veut. L’approche de son écriture requiert d’ouvrir la bonne porte et d’accepter d’accéder à l’univers particulier qui se trouve de l’autre côté. Une écriture parfois onirique, parfois claustrophobique. Une œuvre riche et soutenue. Quelques prix (dont le Médicis) et distinctions ponctuant une maintenant longue « carrière ». Les textes qui sont consignés au livret ne sont pas tous repris en enregistrement. Mais, une même rythmique, une même cadence, parfois obsessionnelle, se jouant des répétitions de noms et de mots, accompagnent son écriture. Et quand Volodine prête sa voix pour les narrer, les tonalités dont il use confèrent à ses textes une dimension presque sacrée, shamanique. La multitude des thèmes abordés et la diversité des musiques qui les soutiennent font de ce recueil un opus hors normes, hors standards. Assurément une autre façon de découvrir cet énigmatique écrivain.

NÉOPSPHÈRES
Le livre traînait dans les déjections et le sang : il fallut, pour l’ouvrir, décoller au racloir la paille qui avait durci et coagulé le long des pages. » Ainsi commence Biographie comparée de Jorian Murgrave, le premier ouvrage publié par Antoine Volodine aux éditions Denoël, au sein de la mythique collection Présence du Futur en 1985. Ce pourrait presque être un descriptif du visuel de ce coffret Variations Volodine aux beaux motifs de minéraux cristallisés ou de lichens, conçu par Laure Afchain d’après une photographie d’Andrew Martin. Quelques éléments de l’univers d’Antoine Volodine sont posés, le labyrinthe, les matières minérales et biologiques, florales et humaines, les fluides putréfiés, une géologie à l’échelle d’un livre. Dans Biographie comparée de Jorian Murgrave, il y a surtout les textes, des manuscrits, des lettres, qu’il est interdit de diffuser. Jorian Murgrave est un mystère, vénéré et pourchassé. Ses biographes sont persécutés. L’ouvrage annonce quelques lignes plus loin une situation récurrente dans l’oeuvre de Antoine Volodine : « Les lieux sont méconnaissables, l’époque est floue et innommable. »

C’est une porte d’entrée dans le labyrinthe, parmi tant d’autres. Une fois entré, on ne cherche plus à en sortir. Denis Frajerman doit sa découverte d’Antoine Volodine à son comparse Jacques Barbéri du collectif Palo Alto, dans lequel jouaient également Philippe Masson et Philippe Perreaudin. Saxophoniste, Jacques Barbéri est lui aussi auteur d’ouvrages dans la collection Présence du Futur (Kosmokrim en 1985, Narcose en 1989…). Jacques Barbéri a lu à Denis Frajerman un extrait de Lisbonne dernière marge de Volodine (éditions de Minuit, 1990). Instantanément capté, Denis Frajerman poursuit sa découverte par d’autres ouvrages. Le tout l’inspire musicalement et il crée la pièce Le montreur de cochons, que Jacques Barbéri l’incite à envoyer à son grand inspirateur. Antoine Volodine est à son tour capté, il n’a jamais rien entendu qui corresponde aussi bien à son univers. Le lien direct est établi. Il n’est pas exagéré d’écrire que c’est la rencontre de deux grands créateurs de mondes. Ce coffret Variations Volodine est une anthologie de leurs collaborations en six disques et un livret de 64 pages, incluant seize textes en prose d’Antoine Volodine, pour certains inédits jusque-là.
Denis Frajerman et Antoine Volodine collaborent une première fois ensemble pour Quatre poèmes en prose dans le cadre de l’émission Claire de Nuit sur France Culture en 1994. Ces poèmes constituent la matière du premier CD de ce coffret. Antoine Volodine lit ses textes avec un fort accent. Il roule les r, ajoutant ainsi un autre niveau de fiction d’origine inconnue, accompagné par une musique faite de fanfares fragmentées, de bruissements et bruitages, de cordes et cris d’oiseaux.
Le second CD contient le premier album de Denis Frajerman, Les Suites Volodine, édité une première fois par Noise MuseuM en 1998. Il inclut Le montreur de cochons, inspiré de Lisbonne dernière marge, Un cloporte d’automne et Au loin une poutre, inspirés de Biographie comparée de Jorian Murgrave, et Incendie dans un cimetière chinois inspiré de Le port intérieur (éditions de Minuit, 1995). Quelques musiciens présents sur les Quatre poèmes en prose interviennent également ici : Régis Codur (guitare), Eric Roger (cornet), Hervé Zénouda (percussions). Parrain de la première rencontre, Jacques Barbéri est présent sur la majorité des créations de ce coffret. Près de 25 ans après la première audition, Les Suites Volodine demeurent enivrantes par leurs formes cycliques, leurs ambiances tropicales intrigantes.

L’ouvrage d’Antoine Volodine Des anges mineurs, aux éditions du Seuil en 1999, est peut-être celui qui lui a fait franchir un nouveau palier dans sa reconnaissance auprès d’un public plus large. Sa forme particulière, des narrats, est mystérieuse encore, musicale même. Antoine Volodine l’annonçait en préambule : « J’appelle narrats de brèves pièces musicales dont la musique est la principale raison d’être, mais aussi où ceux que j’aime peuvent se reposer un instant, avant de reprendre leur progression vers le rien. » D’emblée, les noms en titre de chacun des narrats ont leur musicalité : Clara Güdzül, Wulf Ogoïne, Khirili Gompo… Les pièces du troisième CD, Des anges mineurs, oratorio post-exotique, ont a été créées une première fois en 2000. Le régleur de larmes commence par une lecture par l’auteur du narrat « Enzo Mardirossian ». Les paysages sont toujours frappants, littéralement à couper le souffle face à la « pestilence des grands charniers ».
Le quatrième CD contient Vocifération cantopéra, produit par France Culture, dans le cadre de ses Ateliers de Création Radiophonique, et publié à l’origine par Le Cluricaun en 2004. Antoine Volodine s’est inspiré de sa traduction du russe de Slogans de Maria Soudaïva (éditions de l’Olivier), née en 1954, suicidée en 2003. Il aurait rencontrée Maria Soudaïva à Macau entre 1991 et 1994, avant ses premières publications. L’univers de Volodine a ceci d’intrigant, il s’amuse du travers de l’Occidental à toujours vouloir entretenir un culte des origines. L’essentialisme est l’un des principaux défauts de la philosophie occidentale. L’ouverture de Vocifération cantopéra nous transporte en un monde africaniste par ses rythmiques, et asiatique par ses instruments à vent. Dès lors qu’Antoine Volodine lit le long poème, la fiction fait sauter toutes les barrières. Il s’agit d’une suite d’injonctions étranges telles que « Sors de l’eau. Regarde la lune. Lave-toi. », « Avance jusqu’au seizième sanglot. » ou « En cas de malheur, ne te réincarne pas en Maria Oualpa. » La musique épaissit le magistral mystère.
La forme musicale de Terminus radieux, cantopéra (CD5) est resserrée autour de cordes et de voix, le violoncelle de Carole Deville, les guitares de Denis Frajerman, les mezzo-soprano Émilie Nicot et Justine Schaeffer. Cette mise en musique apparaît nécessairement plus aérienne, mais pas moins marquée par la fiction des désastres industrielles et des chamanes imaginaires. Un personnage masqué de cuire et de cuivre ôte sa tête d’oiseau terrible et s’adresse à un scribe mort. Tant qu’il s’agit de fiction, il y a de la beauté dans l’horreur, la torture et la douleur recèlent une puissance esthétique.
Les Fugues Volodine de 2020, sur le sixième CD, sont la création d’un trio composé de Anja Frajerman (claviers), Denis Frajerman (claviers, basse, percussions, boîtes à rythmes…), Laurent Rochelle (saxophones soprano, clarinettes basses, arrangements), auxquels s’ajoutent plusieurs sources vocales, dont la voix de Géraldine Ros, des poèmes Poular, chinois et Yiddish. Plus aériennes encore, Les Fugues Volodine touchent pratiquement à un esprit psychédélique.
L’univers d’Antoine Volodine évoque souvent les steppes de Sibérie, terre-mère du chamanisme. Des éléments éparses laissent supposer une époque post-apocalyptique, après une contamination industrielle ou la chute d’un régime totalitaire, plutôt d’Europe de l’Est étant donné la consonance des noms propres et parfois des références explicites au communisme. N’en déplaise à Mircea Eliade, il y a autant de chamanismes que de chamanes. Pour commencer à comprendre le chamanisme, il faudrait même limiter l’emploi du mot à sa terre-mère déjà très étendue et disparate de Sibérie. Dans le réel du XXe siècle, les pratiques chamaniques y ont effectivement été brimées par le régime soviétique et les chamanes persécutés. L’univers d’Antoine Volodine s’inspire aussi explicitement au bouddhisme tibétain (brimé par la Chine dans le réel celui-là). Le livret de ce coffret propose une brève définition du post-exotisme : « L’auteur a conçu un courant littéraire, le post-exotisme, inspiré par le bardo – mot tibétain désignant les intervalles de vie -, dans lequel s’entremêle rêves et réalités, réflexions sur la solitude, la folie, la fidélité amoureuse, l’échec des luttes révolutionnaires. »
Les musiques de Denis Frajerman ont cette même faculté de déjouer toutes tentatives de situations géographiques, par l’utilisation de sonorités tirées de sa propre collection d’instruments du monde, employés de manière intuitive. Le livret indique que, compositeur pour des créations radiophoniques, pour le théâtre et pour la danse, Denis Frajerman partage avec Antoine Volodine « son goût pour les atmosphères planantes et ensorcelantes. » Nous tenons là l’une des grandes questions des XXe et XXIe siècles, à savoir si le chaos engendré par la toute puissance économique, une idéologie en elle-même extrêmement pernicieuse, et le recul des grandes religions ont achevé le désenchantement du monde, une formule inventée par Max Weber. En théorie, ce désenchantement est l’abandon de toutes formes de magie et de rituels. Le post-exotisme peut être lu comme une réponse : il recycle l’enchantement dans le nouveau chaos.
Eric Deshayes

MACAU PEPLUM


MUSIKANSICH.DE
Der französische Musiker Denis Frajerman startete Ende der 80er Jahre mit der Experimentalband Palo Alto und Ende der 90er begann er eine Solokarriere. Inzwischen hat er einige vielbeachtete Alben veröffentlicht, die zwischen viel Experiment und schon fast Art-Rock und Post-Rock ähnliche Klänge heranreichen. Schon immer hatte er auch eine Ader für Klänge, die dem Jazz nahestehen.
Mit Macau Peplum erscheint nun sein viertes Album von 2000 in neu gemasterter Fassung mit einem Bonusstück.
Auf diesem Album gibt es viel experimentelle Klänge zu hören, es wird mit Stimmen experimentiert, die mehr wie Instrumente eingesetzt werden. Das erste Stück wartet mit einer sehr eingängigen elektronischen Perkussion auf, dann tauchen eher experimentelle Klänge auf die wiederum durch ein sehr jazziges Saxophon ergänzt werden. Atmosphärische Elektronik wabert dunkel und wird von mysteriöser, langsam treibender perkussiver Elektronik untermalt. Hier tauchen dann experimentelle, sehr unheilvolle Saxophonfetzen auf. Dieses, das vierte, Stück mündet dann in einer kleinen elektronischen Kakophonie, die jedoch sofort in eine angenehme treibende waveähnliche und sehr perkussive Passage mündet. Es folgt ein weiteres Stück das mit dunklen elektronischen Atmosphären arbeitet. Darunter liegt eine zerfaserte Perkussion, eine mysteriöse weibliche Stimme erklingt bis dann ein Glockendspielsound mit sanfter Post-Rock Perkussion das Stück melodiös, aber trotzdem unheilschwanger zum Ende treibt. Im nächsten Stück geht es mysteriös und dunkel weiter, nun gibt es zu den dunklen Harmonien jedoch eine pochende Perkussion, eine Kindergitarre, ein sehr trauriges Saxophon und schräge Streicher. Ein Darkwave-Walzer feinster Couleur. Das Originalalbum endet mit einem eher experimentellen Mix aus Perkussionen und Glocken sowie rauschenden Elektroniks, die sich dann mit dem Glockenspielklängen jedoch zu einem sehr feingesponnenen Abschlusssong verdichten, der noch einmal eine schöne schräge und doch betörende Stimmung erzeugt und mit harschen Elektroklängen aufwartet.
Das fast 20 Minuten lange Bonusstück “Le Voyeur“ zieht im Grunde alle Register die über die ersten Stücke verteilt waren. Das Stück wartet mit experimentellen Klängen auf, die trotzdem das Potential haben, sich in die Gehörgänge zu fräsen, es gibt Stimmsamples, wunderbare Saxophonparts und, und, und.
Macau Peplum ist ein kleines Meisterwerk der experimentellen elektronischen Musik auf dem Denis Frajerman schon bewiesen hat, das sich eine sehr experimentelle Herangehensweise und ein Gespür für eingängige, packende und sehr melodiöse Klänge absolut nicht ausschließen müssen.
Feines Album, ein Klassiker. — 
December 2020

NITESYLEZ.DE
French experimental composer Denis Frajerman should be a wellknown name to regular readers of these pages who had his lastappearance reviewwise on here with his latest Klanggalerie album »Wastelands / Lawrence Of Arabia » back in May 2019. Now Frajermanis coming back with « Macau Peplum », a 62 minutes spanning longplayouting which in fact is a re-issue, marking the 20th anniversary of therelease of this album which was originally put on the circuit via longtime defunct imprint Noise Museum back in 2000. Split in two partswith the actual « Macau Peplum » composition consisting of seventracks the album opens with a raw, somewhat fever’ish sequence oftunes amalgamating elements of Industrial / Ritual Electronics andcold, sci-fi athmospheres with sharp sounding, somewhat metallicand polylayered drums of an untamed, ancient and tribalistic nature,oftentimes paired with twangy, plucked strings and expressive vocalsas well as echoes of DarkJazz and Modern Opera whilst pieces like »Romulus Vulvus » even feature Jazz Noir-leaning sequences, « ZölForceps (Spartacus) » indulges in deep, nightly Ambient scoreworks fora change before making way for more fever’ish drum ecstasy andintense chants whilst « Krui Ta Race » perfectly depicts, if intentionallyor not is unclear, the steady flow and passing of time due to itsstripped down and repetetive, yet ever so slightly changing naturejust to pick three tracks for a detailed negotiation here. Furthermorethe additional second half « Le Voyeur » spreads out over the course ofroughly 20 minutes as one extended single piece, exploring moreexperimental, tense and well score’esque musical territories, evokingmemories of bizarre low budget, short format art films whilststanding out as the way more interesting and fascinating part of thealbum even though the raw production and sound design don’t leave adoubt about this being a piece composed very early within the artistscareer. November 2020.

SILENCE AND SOUND
Cette réédition de Macau Peplum, sortie initialement en 1999 sur Noise Museum, est l’occasion de partir à la découverte de Denis Frajerman et de son monde fantastique, composé autour de débris du quotidien et de poésie souterraine.Entouré d’une ribambelle de musiciens, Jacques Barbéri, Sandrine Bonnet, Frédéric D’Oliveira, Yannick Lemesle, Arnaud Ouvrard, Philippe Perreaudin, Eric Roger, Susannah Rooke, Hervé Zénouda, Denis Frajerman compose un opéra cosmique aux allures de art-pop enraciné dans un jazz astral. La nature prend des allures de conte pour adultes, voyage étrange et envoûtant bercé par des vagues soyeuses aux effluves de jungle luxuriante, plongée hypnotique dans les profondeurs d’un surréalisme musical posé en contrebas de motifs mobiles au minimalisme animal. Un must.
P.S: A noter que le titre Le Voyeur, était prévu comme accompagnement d’un livre de Jérôme Trinssoutrop.
(Roland Torres) — November 2020.

BLOW UP
Poète et musicien, Frajerman fut membre de Palo Alto, groupe français qu’on peut définir pour simplifier comme expérimental, entre surréalisme et progressif alternatif.
L’écriture imagée, ciselée avec un soin artisanal caractérise ces deux compositions, sorties pour la première fois en 1999 et partiellement inspirées par les œuvres d’Antoine Volodine et Jacques Barberi.
Macau Peplum, exécuté par un ensemble de dix éléments, est structuré en sept tableaux sonores évocateurs où archaïsme et avant-garde fusionnent dans un système à l’expressivité théâtrale. La construction sonore séduit comme des séquences d’un thriller et les formes nettes de l’écriture, la précision des détails augmentent l’impression dadaïste de mystère. Les thèmes et genres diffèrent : chansons aux accents folk, mélodies ethniques, boucles minimalistes avec effet wunderkammer.
Le Voyeur, exécuté par un quartet qui inclut un tambour perse et du matériel électroacoustique persiste dans une atmosphère inquiétante. La ligne mélodique déchirante dessinée par le cornet d’ Eric Roger nous emporte en un cortège gotico-pataphysique où on entrevoit The Residents, clowns du rock in opposition et sinistres figures circassiennes. A redécouvrir.
(Dionisio Capuano) – Jan. 2021 (traduction de l’italien par Jérôme Trinssoutrop)

TOPERIODIKO.GR
Παλιότερα στους Γάλλους Palo Alto, με πλούσια δισκογραφία, ο  συνθέτης Denis Frajerman προσφέρει στο “Macua Peplum”  δυο συνθέσεις με πλήθος μουσικών μεταξύ των οποίων ο σαξοφωνίστας Jacques Barberi και η ηθοποιός Sandrine Bonnet στην φωνή και στα κρουστά. Ο DF χειρίζεται διάφορα όργανα –πλήκτρα, μπάσο, ντραμς, μπαλαλάικα, μαγνητοταινίες, rebab κ.α. Το πρώτο μέρος επηρεάζεται από τους ήχους της Ανατολής, την όπερα, τον free αυτοσχεδιασμό και την κλασική ενώ στο δεύτερο ακούγονται περισσότερα ηλεκτρο -ακουστικά στοιχεία δίνοντας την αίσθηση σουίτας φανταστικού σάουντρακ. (December 2020).

DARK ENTRIES
Het zou me niet veel moeite kosten om met een vernietigende kritiek het album MacauPeplum van Denis Frajerman neer te sabelen. Persoonlijk kon het me weinig boeien en ookqua relevantie voor het gemiddelde Dark Entries publiek is het album geen hoogvlieger.Toch voelt het op een of andere manier niet juist aan om hier enkel op het negatieve tefocussen, want ook al is het niet onze meug, fascinerend is het plaatje toch wel te noemen.Frajerman begon als toondichter bij de Franse experimentele band Palo Alto. Een groep dieopgericht werd in 1989 en tot op heden actief is. In de geest van Nurse With Woundbrachten ze door de jaren heen een ratjetoe aan geluiden komende van invloeden alsKrautrock, Hongaarse melodieën, verborgen radioschatten, de Canterbury-scene (subgenrevan de progressieve rock met bands als Gong, Caravan en Soft Machine) en de Fransecomponist Francis Poulenc.Halverwege de jaren 90 hield Frajerman er ook een solo-carrière op na waarin hij vooral denadruk legde op zijn interesse in de literatuur en het mondelinge aspect als muzikant. In diegeest werkte hij samen met verhalenvertellers en schrijvers voor radiosessies, oratorio enplaten.Zijn eerste solo album, Les Suites Volodine (1998) was rechtstreeks beïnvloed door het werkvan de Russisch-Franse schrijver Antoine Volodine.Beide heren deelden een voorliefde voor spookachtige sferen, zwarte humor, hekserij en sjamanisme. Samen werkten ze nog aan meerdere creaties, zoals Des Anges Mineurs, eenpost-exotisch (tja, voor werkelijk alles kan je de term post voegen zo blijkt) oratoriumgecomponeerd voor zes muzikanten, zanger, verteller, danser en videograaf en Vociférations,een cantopera voor elf muzikanten, op bestelling gemaakt voor Radiophonic CreationWorkshops of France Culture.De toon was gezet, en vond een vervolg in Macau Peplum. Want het album dat voor ons ligtis inderdaad een heruitgave, aangezien deze titel oorspronkelijk verscheen in het jaar 2000.Omdat men bij Klanggalerie niet vies is van een heruitgave meer of minder, leek aldaar detwintigste verjaardag van dit album de ideale gelegenheid voor deze herziening.Extra’s moet je echter niet verwachten, de tracklist oogt identiek als de eerste uitgave. Hetalbum bestaat uit twee delen: allereerst Macau Peplum zelve, bestaande uit 7 nummers diedateren van de periode 1997-1999) en afsluitend het 20 minuten tellende stuk Le Voyeur uit1996.Opvallend is het rijke arsenaal aan instrumenten die aangesleept worden: altsaxofoon,percussie, keyboards, bas, drums, elektro-akoestische elementen, tapes, balalaïka, rebab(Arabische vedel), klarinet, viool, computer, gitaar, cornet, Russische kinderaccordeon entombak (Iraanse bekertrommel).Dat moet wel exotische klanken opleveren. En inderdaad, het is al exotiek wat de klok staat.Maar aangezien het hier experimentele muziek betreft wordt je als het ware van het enewerelddeel naar het andere gekatapulteerd.Meteen bij het openingsnummer ‘Qui Vole Un Œuf Vole Bas’ krijg je al een literairereferentie, de titel is namelijk afgeleid van Jacques Barbéri’s novel Carcinoma Tango. Dezescience-fiction schrijver maakt trouwens ook deel uit van het Palo Alto collectief. Sciencefiction in al zijn verschijningen vormde een terugkerend in het werk van Palo Santo. Degroep die vergeleken wordt met namen als Tuxedomoon, Legendary Pink Dots, Coil, TheResidents, Can en Cabaret Voltaire en waarvan de eerste cassette op het legendarische OldEuropa Cafe label verscheen lijkt ons de moeite waard om eens dieper te gaan onderzoeken.Maar voorlopig moeten we het dus nog even met het solowerk van Frajerman stellen. DeFransman die zelf nochtans heel wat instrumenten inspeelde nodigde tal van gastmuzikantenuit die deze doldwaze muzikale trip tot een goed einde trachten te brengen (of net niet,oordeel zelf).Frajerman zelf noemt zich in de eerste plaats een dichter en dan pas een muzikant. Hijspeelt met geluiden zoals anderen dat met woorden doen. We moeten dan ook denken aangedichten waar we kop noch staart aan krijgen maar waarbij we dan wel inzien dat het vooral om de vorm en de plaatsing van de woorden te doen is. Eenzelfde tegenstrijdigheidmaakt zich gedurende het integrale Macau Peplum van ons meester. Zoals in de eerstezinnen omschreven: goed als in leuk en aangenaam om naar te luisteren kunnen we ditmoeilijk noemen, maar dat het allemaal ondanks het wel zeer chaotische karakter toch welgoed in elkaar gestoken is, dat kunnen we evenmin ontkennen.De zeven nummers die Macau Peplum vormen laten zich omschrijven als vreemdeoriëntaalse ambient waarbij ook experimentele jazzklanken en de funky variant vanpostpunk (denk hierbij vooral aan de typische bassen) smeken om uw aandacht, en dit opeen bij momenten broeierig te noemen manier.Le Voyeur dat stamt uit de beginperiode van Frajermans solo-carrière is een lange suite diediende als begeleider voor een boek met linosneden van Jérôme Trinsoutrop. Een imposantstuk dat letterlijk (!) op de deur komt kloppen.Liefhebbers van ongebreideld experiment die zweren bij Nurse With Wounds albums als ASucked Orange en Chance Meeting On A Dissecting Table Of A Sewing Machine And AnUmbrella zullen deze met uitheemse invloeden volgestouwde variant heus ook kunnenappreciëren.We zijn er na ettelijke luisterbeurten nog steeds niet uit wat nu precies te denken van ditalbum. Laat het ons dus alsnog op fascinerend houden, wat op zich toch al een goed beginis, nietwaar?

MUSIC MAP
Lo so, lo so, l’ho detto piu’ volte: questo è l’album piu’ bello del 2020 maiascoltato. Stavolta ne sono convinto, anche perché siamo a novembre. Senon arrivano altre piacevoli sorprese per Natale. Comunque, perché l’hotrovato cosi’ bello? Perché questo (appena uscito per Klanggalerie) è undisco « vecchio ». E’ diviso, ma allo stesso tempo no, in due parti:  »Macaupeplum » (la tunica di Macao) e  »Le Voyeur » (e qui non traduco, lo sapetecosa signifa, spioni). Tutte registrazioni del 1996,1997 e 1999. Frajermansuona innumerevoli strumenti: tastiere, basso, percussioni, batteria, nastri,balalaika, rebab (una sorta di liuto afgano), voci. Il tutto accompagnato damusicisti del calibro di Herve’ Zenouda (zarb), Eric Roger (corno efisarmonica russa per bambini… o fisarmonica per bambini russi, chissà!),Sandrine Bonnet e Susannah Rooke (voci, infatti nella prima traccia vi è unavoce molto sensuale e gentile, da ascoltare senza fidanzate o mogliattorno). « Sì, ma perché è cosi’ bello? » . Un attimo, ci arrivo! Ascoltate »Romulus Vulvus »,  »Krui Ta Race » e  »Qui vole un oeuf vole bas » ( »chi ruba unuovo, vola basso »). Queste tracce rappresentano appieno l’essenza del lavorodel compositore francese. Voci eteree, suoni di oggetti a caso, leggerezzadegli strumenti (se ci sono) e tanto Medio Oriente. Non c’e’ niente discontato qui. Tutto è lasciato al caso, in modo metodico. Un bellissimoparadosso in questi tempi di canzoni omologate e preconfezionate.
(Matteo Preabianca) — November 2020.

VITAL WEEKLY 1261
Despite being around for a long time, I don’t know that many works by French composer Denis Frajerman. I reviewed his ‘Wastelands/Lawrence Of Arabia’ in Vital Weekly 1184, which was a sort-of introduction into his work. I don’t think I heard the band he started, Palo Alto. Oddly enough, ‘Macau Peplum’ is a re-issue of a CD from 1999 that was released by Noise Museum. Now, that is a label whose output I was very familiar with at that time. Maybe I heard it back then?
I really can’t remember, but working in music distribution at the time meant I heard lots and lots of music. I am sure I didn’t review it, and this is a fresh look at this work. Or rather, works. ‘Macau peplum’ consists of seven pieces and a bonus there is ‘Le Voyeur’, which Frajerman made for Jerome Trinsoutrop. The music played by a small ensemble using alto saxophone, vocals, percussion, keyboards, violin, clarinet, zarb and Frajerman on keyboards, bass, percussions, drums, electro-acoustic, tapes, balalaika, rebab and choirs – I am not sure what some of that is. It is quite heavy on the use of percussion, as well as voices and electronics. The small ensemble plays wonderful music, full of live, melody, drama and it is somewhere, somehow a cross between modern classical music, avant-garde, rock in opposition, krautrock and studio-as-instrument. I was reminded of Nurse With Wound in ‘Zöl Forceps (Spartacus)’, which I thought was one of the highlights of this release. The music is
throughout not really weird or abstract, but rather easy-going, despite some of the more furious, uptempo Frajerman uses in his music. It is pretty exciting. Having said that, I am not too sure about ‘Le Voyeur’; maybe it is the length of the piece or the fact that is created from various shorter bits and bobs, somewhat introspective at times. It just doesn’t have the same energy as the seven pieces of ‘Macau Peplum’. — December 2020.

DRAME.ORG
Tous les morceaux de l’album Macau Peplum commencent par des pattes de mouche, des bruits d’insectes, des mines de rien avant de se recomposer en petites mécaniques organiques qui débordent ironiquement l’écoute. Denis Frajerman (ici claviers, basse, batterie, etc.) aime les sons bruts, les casseroles qu’on se traîne, les peaux qu’on a sur les os. Il entraîne avec lui une ribambelle de musiciens étoffeurs qui se fondent dans ce paysage réinventé : Jacques Barbéri (sax alto), Sandrine Bonnet (voix, percussions, claviers), Frédéric d’Oliveira (percussions), Yannick Lemesle (violon, clarinette, voix), Arnaud Ouvrard (percussions), Philippe Perreaudin (ordinateur), Eric Roger (cornet, voix), Susannah Rooke (voix), Hervé Zénouda (zarb). Enregistré entre 1996 et 1999, le disque est une réédition Klang Galerie comme le label autrichien en produit sans cesse, boulimie merveilleuse qui comble les oreilles les plus curieuses. Macau Peplum, constitué de sept pièces où les bruits du monde sont reproduits par les gestes instrumentaux, est suivi par Le voyeur, accompagnement initialement pensé pour un livre de Jérôme Trinssoutrop. Enregistré en plus petite formation (Frajerman aux claviers/voix/bandes magnétiques, Barbéri au sax, Roger au cornet, Zénouda au zarb et Régis Codur à la guitare), il intègre encore des voix incantatoires et des pas plus lourds à sa free-pop déjantée aux accents Résidentiels. Cela s’écoute très bien au petit-déjeuner.
(Jean-Jacques Birgé) — October 2020.

AFRICAN PAPER.COM
Denis Frajermans Karriere als Musiker und Komponist reicht bis in die frühen 90er zurück, unseren Lesern sollte seine Musik spätestens seit seinem zweigeteilten Album “Wasteland/Lawrence of Arabia” bekannt sein, dass vor knapp zwei Jahren erschien und ein musikalisches Panorama zwischen Kammermusik, Lesung und cinematischer, leicht orientalisch angehauchter Musik präsentierte. Ich halte den ersten Teil immer noch für eine der besten musikalischen T.S. Elliott-Interpretationen.
Das vor einigen Monaten wiederveröffentlichte “Macau Peplum” erschien erstmals Ende der 90er, einige der Tracks wurden noch früher, kurz nach der Auflösung von Frajermans Band Palo Alto geschrieben. Im Unterschied gerade zur eher gediegenen Elliott-Vertonung offenbart dieses Album (auch) die exzentrischere Seite seiner Musik. Ein verbindendes Element ist das große Aufgebot an klassischen Instrumenten und anderen, meist elektronischen Klangerzeugern.
Spannungsgeladenes Zupfen und Kratzen auf zweckentfremdeten Saiten eröffnet das Werk, ratternde und rumpelnde Perkussion und ein undefinierbares Quietschen kommen hinzu, doch was sich zur rasenden Noise-Orgie steigern könnte wird zur Kulisse für die ernste, stimmungsvolle Rezitation von Susannah Rooke, die auch den Elliott-Text auf dem neueren Album liest und hier einen Textauszug des Science Fiction-Autors Jacques Barbéri vorträgt. Doch die Instrumente geben den vorderen Bühnenraum keineswegs komplett frei, Ethnodrums und Streicher, die an eine orientalischere Variante der Arbeiten Petr Vastls erinnern, sorgen für Spannung, und nicht erst das hysterische Bellen am Ende des Openers lässt an die Nurse With Wound der “Sucked Orange”-Phase denken.
In all dem hält “Macau Peplum”, was sein Auftakt verspricht und entpuppt sich als echte Wunderkammer an schrägen, quirligen und manchmal auch bedrohlich klingenden Einfällen: Rollende Trommelwirbel und gelegentliche Freakouts geben den Takt vor für die gehetzten Schritte, die an eine panische Flucht erinnern – ein Eindruck, der durch die asiatisch anmutenden Instrumentalsounds nicht veschwindet und durch eine aufgebracht schreiende Sopranistin vollends untermauert wird. Gehetztes Hecheln und seltsames Klicken und Rasseln wollen so gar nicht zu dem lasziven Saxophon passen, das sich in die Szenerie drängt wie ein nonchalanter Kommentar (und im übrigen von keinem geringeren als dem Schriftsteller Barbéri gespielt wird, der hier seiner zweiten Leidenschaft fröhnt). Rituelle Perkussion bringt eine noisige Quietsch-Orgie zum schweigen und macht später den Weg frei für dramatische Bläserparts. Kuhglocken und brummende Motoren bilden den Hintergrund für Rezitation und mehrstimmigen Gesang.
Den Abschluss bildet das knapp zwanzigminütige “Le Voyeur”, das bereits in der Originalfassung als eine Art Bonus gehandelt wurde und sich bedächtig von dunklem Dröhnen zu einem kabarettartigen Marionettentanz im Walzertakt steigert – ein episches Finale einer großartigen Platte, die hierzulande sichr noch auf ihre Entdecker wartet und die mehr sein kann als ein interessanter Geheimtipp. (U.S.).
(January 2021)

BAD ALCHEMY
Es ist ein Wahnsinn, was die Wiener da an Wiederveröffentlichungen raushauen: Un Drame Musical Instantane, Semantics, Konstruktivists, Officer!, Bourbonese Qualk, The Legen-dary Pink Dots… Auch Macau Peolum (gg341) ist ein Rückgriff, um die beiden Suiten wieder zu Gehör zu bringen, die DENIS FRAJERMAN zwischen seinen Cantoperas und Post-Exotic Oratorios mit Antoine Volodine kreiert und zur Jahrtausendwende bei Noise Museum veröffentlicht hat. Ich kenne zwar statt ‘Les Nenes d’Enee’ (die Titten des Äneas) nur ‘Les mamelles de Tiresias’, aber ‘Macau Peplum’ scheint irgendwie doch inspiriert zu sein von diesem ‘drame surrealiste’ von Apollinaire & Francis Poulenc, so wie Frajerman da alte Römer – ‘Romulus vulvus’, ‘Zöl Forceps (Spartacus)’ – evoziert und antike Gewänder in Macau schwingen lässt. Hundegebell oder Hufgeklapper sind desorientierende In-gredienzen eines Trips in sieben exotischen Szenen, die orientalisches Tamtam, Geige oder Balalaika mit Keyboards und Computer zu etwas freiweg Phantastischem mischen. Mit Hauptrollen für das Altosaxofon von Jacques Barberi, Frajermans treuem Gefährten schon in Palo Alto, dessen Erzählung « Carcinoma tango » – Barberi ist nämlich auch SF-Autor – dabei die Atmosphäre mit parfümiert. Und für Susannah Rooke, die mit in fahlem Mitternachtsmondschein rezitierter Poesie hinführt zu einem bassbepulsten Ritualchor. Eine Operndiva und ein Kornett entführen nach Fernost, repetierte und hechelnde Stimm-laute werden mit Krimskrams umspielt, befremdlich und doch reizvoll. Das Alto klagt zu bassigem Mahlwerk und leiser Monotonie, die mit delirantem Gesang Tritt fasst und mit schriller Kakophonie und Trompetenstößen zum Aufstand ruft. Gefolgt von einem Lied der Krui, zu gelooptem Klingklang und sägender Geige in schwülem, erotisch forciertem Am-biente. ‘Bec de mievre’ dunkelt das mit Bass, röhrendem Gebläse und Pizzicato weiter an für Poesie von Rooke und als schleppender Groove mit Altosax und Geige. Bis Zarb und der Klingklang von Vibes und Glockenspiel zu zirpender Erhu und rhabarbernder Frauen-stimme den letzten Akzent nochmal fernöstlich setzen. Mit Atemzügen hebt danach ‘Le Voyeur’ an, nur zu fünft, aber mit erneut Barberi, Kornett und Zarb zu nun noch Gitarre. Keysklingklang und das träumerische Kornett verbreiten Giallo-Thrill. Stimmloops, Kor-nettlyrik und wieder orientalisch angehauchtes Tamtam werden in Frajermans elektro-akustischer Klangregie tonbandästhetisch verdichtet. Mit ruckendem Schlurchen, re-petiertem The bishop The bishop (?), tickendem Beat, stupsendem Kornett, kuriosen Gitarrensounds, klopfendem Loop oder mickey-mousigem Kichern zu düsteren ‘Bass-posaunen’ und überhaupt strotzend vor Comiclaune, Insichwidersprüchen und allem Klimbim. Das Finale ist ein von Fanfaren bepustetes Schaukeln von eher Disney- als Dali-Elefanten, ein Tänzeln von pneumatischen Balletteusen. « Fantasia » ä la francaise, und Frajerman dabei ganz klar ein Landsmann von Boucq.
(March 2021)

LE CRÉPUSCULE DES CHIMÈRES
Striking piece of art music from the French composer-musician Denis Frajerman…the CD Macau Peplum (KLANGGALERIE gg341) is mostly a reissue of the 1999 album by this name originally issued on the Noise Museum label, but the CD also includes a bonus 20-mins suite ‘Le Voyeur’ from 1996. Frajerman is of course a new name to these ears…I find he was a member of Palo Alto, a French experimental band who started out in 1989 with a cassette for Old Europa Cafe, released many albums with puzzling titles and far-out cover art, and may still be going – their last release was in 2020, and also looks like a pretty heavy-duty item, featuring guest player Richard Pinhas and paying tribute to the philosophy of Gilles Deleuze in music.
Frajerman has had a respectable innings as a solo artiste himself, beginning with the Mandibules cassette in 1997 for Organic Tapes. It seems he’s keen on the oratorio form, and likes to add spoken word and operatic segments to his compositions, a strategy which reflects his literary leanings and interest in story-telling. If there is a story to Macau Peplum, it’s well-nigh impossible to make it out on first spin, and the cryptical semi-surreal track titles don’t help me much either, but it’s all incredibly intriguing and fascinating. What emerges is strange, baroque and inexplicable music, reminding one in places of Art Zoyd and similar high-minded French proggers…evidently very carefully composed, following ideas that are clear to the visionary composer’s mind. To help realise his vision, he’s joined for the Macau Peplum suite by a small chamber ensemble of players who add woodwinds, voices, percussion, strings, and a computer; Frajerman himself plays many instruments himself, and supplies the electroacoustic dimension with his bank of tape recordings. The music itself has at least two modes – an upbeat one, which clonks and trundles along in an endearingly rattly fashion much like Pierre Bastien on springs; and a more mysterious, foggy, Edgar Allen Poe mode, which explores murky gardens and misty mountainsides with all the precision and paradox of Rene Magritte’s two good eyes.
By now I’m thinking that this ought to have been released as a gatefold LP with a bound-in book, 12 x 12, packed with weird photos or drawings and reams of indecipherable texts, plus intellectual footnotes referring us to obscure French philosophers or non-existent books which only existed in alternative histories. Instead, we have a CD digipak which is elegant and fine, but explains very little. Perhaps, assuming that we want to get under the skin of M. Frajerman and peep inside his brain-pan to find what scuttles there, we need to gain some understanding of the work of the writer Antoine Volodine. Frajerman made one album Les Suites Volodines (1998) which directly references the work of this author, whose books have not graced my shelf and whose work is unknown to me. He’s a French modernist (half Russian, in fact) who has published some 20 novels under this name, and others under various pseudonyms; the Evergreen Review, who have interviewed him, seem to think he’s an exemplar of post-exoticism, a genre which is not one I’ve encountered before. The press notes to this CD mention that Volodine is interested in witchcraft, shamans, haunting atmospheres, and that he has a wicked sense of humour – preoccupations and qualities shared by our French musician.
Listening again to Macau Peplum, I can start to discern the “haunting” side of it for sure, and in fact he’s arguably more original and more successful in this area than any of the upstart types who claim “hauntology” antecedents for their bland ambient drones. Maybe after a few more spins I will start to dig the black humour, too; I hope Macau Peplum doesn’t turn out to be a huge post-modernist joke at the listener’s expense, but I doubt it, as there’s such a strong interest in form, design, ideas, and musical execution of same. Another fine reissue from this Austrian label who bring us some real gems from music’s forgotten or overlooked corners. Arrived 1st December 2020.
(July 2021).

WASTELANDS / LAWRENCE OF ARABIA


INDIEROCKMAG.COM
Fort de 15 albums avec son groupe Palo Alto – étrange mixture de krautrock aux instrumentations désuètes, d’avant-garde et de mélodies d’Europe de l’Est, entre autres – et d’une dizaine de sorties solo, le Français rompu à des formes musicales aussi diverses que l’opéra moderne, la bande-son de ballet ou de pièce de théâtre ou encore la mise en musique de textes littéraires ou poétiques, explore ces diverses influences avec ce nouveau double album à paraître dimanche chez Atypeek, qui nous en offre la primeur en streaming.
Guitare, cordes frottées réconciliant l’atonalité avec une charge émotionnelle insoupçonnée, cuivres free et spoken word poétique ont la part belle sur Wasteland, courte mais fascinante première partie construite autour des récitations de Susannah Rooke, croisée sur les Quatuors N°1, 2, 3 Et 4 Pour Cordes Et Bruitages Animaliers du même Frajerman en 2004 et déclamant ici avec autant d’élégance que de gravité des extraits de The Waste Land (« La Terre Vaine ») de T.S. Eliot, évoquant parfois vocalement certains travaux tardifs de l’excellente Anne Clark (cf. l’intense et presque no wave Speak to Me).
Quant à Lawrence of Arabia, qui démarre ci-dessus sur un Clock Bird baroque et hypnotique à souhait, quelque part entre BO de film italien des 70s et digressions latines à la guitare sèche, on y retrouve ce goût ludique pour les sonorités bontempi (Express, Choleoptia), entre influences teutonnes (Las Delicias, ou la très psyché reprise d’Amon Düül II Wie Der Wind Am Ende Einer Strasse tout orgue dehors), compositions contemporaines (le carrousel post-jazz Captain Nemo’death), divagations capiteuses (MélanColia) et même quelques très beaux éclats d’une beauté triste et épurée (le final Orient), le tout sans ordinateur ou outil technologique d’aucune sorte, le plaisir d’interpréter live avec 8 musiciens ces compositions tirées de divers projets et compilations sortis ces dernières années s’avérant évident.
Un univers assurément atypique et mélangeur, à découvrir ! (RabbitInYourHeadlights) — March 2019.

TONESHIFT
Denis Frajerman is a musician and composer hailing from France. Initially known for his participation in the experimental band Palo Alto, he regularly collaborates with storytellers and writers for radio sessions, oratorios, or records. This album is his latest installment, divided into two parts, Wastelands and Lawrence Of Arabia. Both combined, are consisting a uniformed creation, which is soaked in lyricism and emotion, different in each part, but uniquely wonderful.
Wastelands is a project emerged ten years back and based on the voice of Susannah Rooke, who read from T.S. Eliot’s The Waste Land. Initially the music was composed for rhythm boxes and keyboards, but Frajerman chose an acoustic approach, by using drums, cellos, violins, saxophones, and bass clarinet. I wish that there was a way to listen to his initial approach (in addition). A heavy cinematic atmosphere is apparent like a haunting veil in the four tracks of Wastelands! The dramatic, almost funerary tone of the recitation is where the whole aesthetic construction is based. Susannah Rooke’s voice is the epitome of beauty; steady, heavy, dark, expressive and along with cello, violin, saxophone and clarinet, a doleful musical landscape is unfolded. Even beyond these, T.S. Eliot poem alone is crushing by definition: “April is the cruelest month / breeding Lilacs out of the dead land / mixing memory and desire / stirring dull roots with spring rain / winter kept us warm, covering / earth in forgetful snow / feeding a little life with dried tubers / summer surprised us / coming over the Starnbergersee”. April is indeed the cruelest month, life and color of the coming spring is like pouring salt into the open wound of depression. In the midst of pain, such beauty is unbearable, bleak, sorrowful and deathlike! In conclusion, what Wastelands achieved, is a truly majestic and accurate representation of T.S. Eliot moody lines.
The second part of this album consists of ten pieces composed for compilations, with a somewhat Asian influence in common, thus the chosen title. Emotionally very much lighter and quite more uplifting than the first part, Lawrence Of Arabia comes to equalize feelings in a total contrast – I adore such contrasts. Everything here is playful, colorful, bright, cheerful, equally cinematic! Instrumentation is according to the very nature of the compositions, deeply rooted in the Middle East, with trademark percussive passages. Contemporary oriental jazz, exceptionally executed. After the heavy, beautiful misery of Wastelands (true to its title), comes the smooth touch of Lawrence Of Arabia! A multitude of different elements can be found here, all leading to the desert, to the heart of the moving dust, to a transcendental and erotically charged jazz wonderland. Violin, piano, saxophone, guitar, viola, bass guitar, electronics, percussion, an amalgam of wonderfulness! Rhythmic, polymorphic, lustful, mysterious, apocalyptic and damn amazing! Mostly instrumental, except track 10 and 11, which both encompasses some beautiful whispering in French. Moreover, this part contains two covers, Clock Bird (track 5) by Minimal Compact and Wie Der Wind Am Ende Einer Strasse (track 13) by Amon Düül II, the most experimental highlight of the album!
Wastelands / Lawrence Of Arabia is a masterful bipolar album in its very nature, a contradicting yet wonderful conception that has to be experienced in that sense, death and life in this particular order. Darkness and light, falling and uplifting, an album that consists of the primordial opposites that cannot be separated. Ever! (Karl Grümpe) — April 2019.

NITESTYLEZ.DE
Put on the circuit via the Klanggalerie-imprint in April, 2k19 is Denis Frajerman’s new split two part album « Wastelands / Lawrence Of Arabia ». Whereas the first four tracks, the « Wasteland » part, can be seen as Denis Frajerman’s personal tribute to author T.S. Eliot with Susannah Rooke reading excerpts of his book « The Waste Land » atop a calm Jazz / Jazz Noir-infused backing of PostRock / Indietronica we see track five to fourteen, subsumed under « Lawrence Of Arabia », bring together a variety of the artists contributions to several compilation albums, all held together by a certain ‘oriental’ feel, at least according to the accompanying press sheet. With « Clock Bird » this selection opens with a hypnotically repetetive piano motif accompanied by matching low end vibrations and meandering guitars, the follow up « Las Delicias » opens on a formal, courtly dance vibe before bringing in fever’ish drums, vintage synth organs and a bit of oriental tonality, « Captain Nemo Death » goes for haunting, intense piano chords and thrilling, close to madness background bits of FreeJazz / (Neo)Classical, « Melancolia » brings forth raw, muffled drum machine vibes alongside Tribal drums, an overwhelming low end alongside more simple, yet highly captivating piano melodies and the German titled « Wie Der Wind Am Ende Einer Strasse » combines a well brooding electronic intro sequence with a relaxed Balearic sunset chill attitude just to name a few tracks picked from this not so oriental longplayer. Check.— May 2019.

MUSIKANSICH.DE
Denis Frajerman ist ein junger französischer Avangarde-Komponist, der an sich mehr im elektronischen Bereich unterwegs ist und inzwischen bereits ca. 10 Alben veröffentlicht hat. Das neue Werk Wastelands / Lawrence of Arabia verfolgt einen ganz anderen Ansatz, denn es wurde keinerlei Elektronik benutzt, sondern komplett mit akustischen Instrumenten eingespielt. Die Urkompositionen und teilweise auch Aufnahmen, waren jedoch elektronisch produziert.
Das Material geht auch aus zwei verschiedenen Ursprüngen hervor. Die ersten vier Stücke sind bereits ca, 10 Jahre alt und wurden seinerzeit mit Synthesizer und Rhyrthmusmaschine eingespielt. Über diese sprach Susannah Rooke mit ihrer prägnanten Stimme Texte von T.S. Eliot.
Für die Aufnahmen zum Album entschied Frajermann nun, die Elektronik mit akustischen Instrumenten zu ersetzen. Daraus entstand ein recht düsterer neofolkartiger Sound mit klassischen aber auch Contemporary-Elementen. Dank der sehr starken Melodien kann man dem spannenden Plot aber sehr gut folgen und sich auf die unheimlichen Klänge einlassen.
Der zweite Teil mit dem Namen Wastelands / Lawrence of Arabia besteht aus zehn Stücken, die in den letzten Jahren auf unterschiedlichsten Compilations erschienen sind, aber ebenfalls den akustischen Ansatz zu 100 % verfolgen. Die hier versammelten Stücke wechseln zwischen sanften Neofolkstücken mit wunderbaren Gitarren und Blasinstrumenten, experimenteller veranlagten Stücken mit Streichern und Stücken die zwischen Jazz, Psychedelia und Dark Wave schwanken.
All diese Klassifizierungen sind nur halbe Sachen, denn dafür sind diese perfekt mit dem unten aufgelisteten Instrumentarium eingespielten Stücke zu vielfältig, schön und in ihrer Art einzigartig.
Der Komponist und seine Musiker haben bzw. hatten keinerlei Scheu die unterschiedlichsten Stile zu mischen und experimentelle Ansätze einfließen zu lassen und haben so ein spannendes und außergewöhnliches Album eingespielt, das seinen eigenen, noch nicht benannten Stil kreiert.
Sehr starkes Album das ich allen Freunden der vorgenannten Reviews wärmstens empfehlen möchte.— May 2019.

FREISTIL
Wieder wird ein vormals weißer Fleck auf der Musiklandkarte geschwärzt. Seit zehn Jahren be – schäftigt sich der französische Komponist Denis Frajerman mit T.S. Eliots Text The Waste Land, in Susannah Rooke hat er eine kongeniale Stimme der Inter pre – tation gefunden. Die Musik dazu und zum zweiten Teil dieser CD, seinem Stück Lawrence of Ara – bia, hatte Frajerman ursprünglich nur an Keyboards und Drum com – puter eingespielt, für die Veröf – fentlichung entschied er sich doch letztendlich für den zusätzlichen Einsatz „echter“ Instrumen te. Das klingt mit Klavier, Gitarre, Cello, Saxofon, Bassklarinette und Vio li – nen recht fesch – wäre aber nicht weiter der Rede wert, wenn nicht der erste der beiden Teile, also mit dem Text von T.S. Eliot, so eindrücklich klänge. Ich plädiere also für den Fifty-fifty-Joker. Im – mer hin. (Felix) —  June 2019


Die ersten vier Stücke dieser CD basieren auf T.S Eliots Gedicht ‘The Waste Land’ Susannah Rooke las einige Zeilen daraus und Frajerman strickte eine bezaubernde Musik rund herum. Eine Musik, die sehn- süchtig, warm und heimlig ist und die doch Qualität und Tiefe hat. Bei mir stellt sich hier ein ähnliches Gefühl ein wie da- mals, als ich die vielfältigen Schöneiten der ‘Made To Measure’ -Serie entdeckte. Ambiant, der nicht einschläfernd wirkt, AvantGarde bar jeder Selbstgefälligkeit und PopAppeal ohne Dummheit. Da passt es, dass die zweite Hälfte mit einem Mi- nimal Compact-Cover beginnt, Das von ‘Lowlands Flight’ stammt, denn war 1987 der MTM-Beitrag der israelishen ExperimentalWaver. Cello/Geige/Brat sche-Grandezza, zarte Saxophonlinien und gefühlvolle Elektronik Teppiche domi- nieren, beim Amon Düül II-Stück kurz vor Schluss wird auch mal psychedelisch ge- orgelt, kurz : wer die sanfte Se der se- miklassichen PopAvantGarde mag, ist hier genau richtig. (Karsten Zimala) — June 2019.

BAD ALCHEMY
Es hat mich enttaüscht, dass «Herbes & golems » – mit einer Ausnahme – mit drohnendem Sweigen aufgenommen wurde. Nun denn, centerum senseo… Fur die Kleine «  Wastelands »- Suite, legt Frajerman Zeilen von T.S Elliott wie modige Pilze in Susannah Rookes Mund. Angefangen mit April is the cruellest month, breeding / lilacs out of the dead land mixing / memory and desire… Er hat mit ihr auch schon sein « Quattor N°2 La mort D’Anchise » (2004) realisiert und ebenso gehören Carole Deville und Hélène Frissung an Cello und Violin zu seiner Entourage, denn Strings bei Frajermans Kreationen unwertzichtbar. Sie erklingen hier mit sanften Drums, neben melankolisher Bassclarinette, Soprano oder Sopranino zu seinerseits Gitarre, Keyboards oder Bass. Wobei das Cello noch elegischer summt, wenn die Themse als Lehte dahinflisst. The nymphs are departed. / Sweet Thames run softly, till I end my song… Eindringlich fragt sie : « Do you know nothing? Do you see nothing? Do you remenber nothing? » Um slichlich zu einem Geigenton, wie her weher nicht klingen könnte wie einer Weisserleiche in der von Öl und Teer versifften Strömung an der Isle of Dogs vorbei zu driften. Als «Lawrence of Arabia » verbunden sind dann zehn Compilation-Beitrage durch eine leichte, bei « Express » auch deutlichere orientalistiche Tonung. Die wieder von Strings herrurt, neben Zarb & Percussion und, gezielt, Soprano oder Sopranino. Frajermans eigenes Spiel ist von viel- farbigen Keys bestimmt, wobei er allein bei « Choleoptia » seiner « One Minute Symphony » fur « Apologias des Insectos » (2017 auf Endogamic) Acoustic Guitars, Piano, Voice, Hand Clap, Mouth Percussion & Chinese Cymbal einsetzse. Mit « Clock Bird » greift her ganz uhrwerk-minimalistisch ein Stuck von Minimal Compacts « Lowlands Flight » (1987) auf, und er widmet das ganzen Album auch Samy Birn- bach. Mit « Wie der Wind am Ende einer Strasse » und allem Karavanen- und Mirage- zauber, covert er Amon Duul II, auf deren « Wolf City » (1972) das zu finden ist. Wobei « Nosalgy », « Melancolia » und « Captain Nemo’s Death » explizit jenen Grundzug der eigenartig neoklassizistischen Stucke verraten, der mir ausgepragter er- scheint als der Orientalsmus. Was, trotz der puren Streicherstristesse von « Orient », nicht heisst, dass man sich Frajerman als truben Cousin von Pascal Comelade vorstellen muss. — July 2019.

OBSKÜRE
Après une période assez calme, Denis Frajerman a repris une forte activité musicale ces dernières années, et pour notre plus grand plaisir. D’abord bassiste et compositeur pour le groupe Palo Alto dans les années 1990, ses premiers albums solo (Les Suites Volodine en 1998, Macau Peplum en 2000) avaient profondément marqué les amateurs de musiques aventureuses. Revenu sur le devant de la scène avec les excellents Rivières De La Nuit (2017) et Herbes Et Golems (2018), Frajerman continue à explorer des univers fantasmatiques, mêlant arrangements néoclassiques, folklore oriental, mélancolie cold wave, inserts jazz et expérimentations cinématographiques. Wastelands / Lawrence Of Arabia témoigne de la frénésie créative de ces derniers temps et d’une quête toujours plus affirmée du beau, tout simplement.
Comme le titre l’indique, ce nouvel opus se divise en deux parties, évoquant des paysages dévastés (pour la première) et plus épiques et solaires (pour la seconde), un voyage poétique de la nuit vers la lumière. Frajerman a toujours été très attiré par les univers littéraires (on ne compte plus les nombreuses collaborations avec l’auteur post-exotique Antoine Volodine) et la première section revient à un texte fondateur : le long poème ‘La Terre Vaine’ de T.S. Eliot mis en voix par Susannah Rooke. La voix de cette dernière est un élément essentiel de ces compositions : un timbre glaçant et sublime à la fois, monocorde et pourtant indéniablement envoûtant, portant en lui un lyrisme désabusé, une sensualité et même un humour du type frigorifique (« Connect Nothing with Nothing »). Si Susannah apparaissait déjà sur des titres de Palo Alto et de Denis Frajerman première époque, elle n’avait jamais bénéficié d’un projet entièrement dédié à sa voix, laquelle rappelle tant l’émotion retenue d’une Anne Clark. Ces titres, qui ont évolué sur une dizaine d’années, permettent enfin de profiter de ces spoken words aux airs d’incantations funèbres. L’aspect déchirant des mots de T.S. Eliot, si parfaits, trouvent en elle un écho bouleversant.
Mélancoliques et obsédants (« Sweet Thames run softly »), ces morceaux portent déjà la marque d’une influence majeure du musicien : la série Made To Measure et les univers sonores de Tuxedomoon et surtout Minimal Compact. On ne s’étonne donc pas de voir le disque dédié à Samy Birnbach ; et la seconde partie de l’album, composée de titres parus sur diverses compilations entre 2016 et 2018, démarre justement par une reprise fort inspirée de la chanson « Clock Bird » qui figurait sur l’album Lowlands Flight (1987). Plus encore, c’est le jeu de basse de Malka Spigel qui hante le disque (« Express », « Rainbow Sky Abissinian »). Le titre Lawrence Of Arabia se veut souligner la dimension plus orientale de ces pièces essentiellement instrumentales, mais on pourrait aussi y voir une référence à des univers ouvertement cinématographiques. On y retrouve aussi des touches dark jazz, folk, et un croisement constant entre musique de chambre et climats cold comme sur l’album fondateur Autoportrait (1982) des Néerlandais Mecano. L’esprit d’une certaine avant-garde française se reconnaît aussi (Art Zoyd, Pascal Comelade, Un Département…) mais transcendé par des imageries de décors post-apocalyptiques à la Werner Herzog et des errances tarkovskiennes. Les étendues se font de plus en plus immenses dans cette seconde partie, soulignées par la riche instrumentation (violoncelle, saxophone, percussions, guitares, piano, violon, clarinette…). On y reconnaît même une reprise du « Wie der Wind am Ende einer Strasse » d’Amon Düül II pour souligner des influences plus psychédéliques et krautrock.
L’ensemble figure à n’en pas douter parmi les recherches les plus mélodiques de Denis Frajerman. Au final, il se révèle peut-être son album le plus riche et accessible, si l’on veut plonger dans son monde fait de songes et d’élégante tristesse. Les teintes grisâtres se parent au fur et à mesure de plus en plus de couleurs, et on n’a qu’une envie quand on arrive à la fin du voyage : recommencer à zéro.

AFRICAN PAPER
Es ist vielleicht kein Zufall, dass die vorliegenden Aufnahmen das Licht der Öffentlichkeit in einem April erblickt haben, dem “cruellest month”, der Blumen aus noch toter Erde sprießen lässt und mit seinem Zusammenprall aus Erinnerung und Begehren, aus Morbidem und Vitalem immer wieder empfindsame Gemüter verstört. Mit dieser Beschreibung beginnt T.S. Eliots 1922 veröffentlichtes Langedicht The Waste Land, eine der düstersten Bestandsaufnahmen der Moderne und des verwüsteten Europa nach dem Ersten Weltkrieg.

In seinen über vierhundert Versen, die reich an biblischen, mythologischen und historischen Referenzen sind und gerade deshalb umso mehr wie ein Haufen zerbrochener Bilder anmuten, findet sich ein tragischer, bei genauem Hinsehen durchaus feierlicher Ton, der aber – teilweise auf den Einfluss von Eliots Freund und Dichterkollege Ezra Pound zurückgehend – ganz ohne sentimentalen Schwulst auskam und damals in seiner Trockenheit avantgardistisch wirkte.

Auch diesem Aspekt trägt der französische Komponist Denis Frajerman Rechnung in seiner Hommage an den Text, den er im hier umgesetzten Libretto in Auszügen vertont. Wie ein Mantel legt sich ein Ensemble klassischer Instrumente um die Stimme Susannah Rookes, die mit ihrer auf den ersten Blick introvertierten, tatsächlich aber kraftvoll-stoischen Stimmarbeit den spröden Charakter des Textes betont und Bildern von “fear in a handfull of dust” und “broken fingernails of dirty hands”, von “feeling neither living nor dead” gerade deshalb eine besondere Eindringlichkeit gibt. Dabei gerät ihr Vortrag keineswegs monoton und eindimensional, und in besonders emotionalen Passagen weiß ihre Stimme erschöpft und heiser zu klingen oder erlaubt sich einen leicht aggressiven Unterton. Die meist vom Cello bestrittenen Auftakte, die bisweilen einem Trauermarsch ähnelnde Perkussion, das hypnotische Finger Picking auf der Gitarre, die klagenden Violinen und helle Kleckse des Sopran-Saxophons – all dies ist keineswegs Kulisse, tritt vielmehr mit Rookes Rezitation in einen vielstimmigen Dialog.

Die vier auf The Waste Land basierenden Tracks hätten von der Dauer her allenfalls für eine EP gereicht, doch Frajerman kann aus einem üppigen Pool an Stücken schöpfen, die alle in den letzten Jahren für Compilations eingespielt wurden und so quasi einen doppelt so langen Anhang bilden. Da sich aus seinem Interesse an orientalischen Melodien und Rhythmen automatisch ein roter Faden ergab, benannte er den zweiten Teil der CD nach David Leans berühmtem Film Lawrence of Arabia.

Mit minimalen Klavierakkorden, rasselnden Takten und den mystisch verwehten Violinparts von Claude Chalhoub entstanden mit dem Minimal Compact-Cover “Clock Bird” und “Express” zwei Stücke, bei denen man denken könnte, die italienischen Stoner-Orientalisten La Piramide Di Sangue hätten sich an den kaukasischen Folkkompositionen von Gurdjieff und De Hartmann versucht. Aus dem immer noch heterogenen Sammelsurium stechen einige Tracks heraus, so das episodiche Klagelied “Captain Nemo’s Death” oder das kurze Interludium “Nostalgy”, dessen von smoothem Saxophonspiel begleitete spanische Gitarren an Matt Elliott denken lassen. Oder das dramatische “Rainbow Sky Abessinian”, über dessen klagenden Steichernparts eine unheimliche Stimme ins Ohr flüstert, das anrührende Cembalo-Stück “Choleoptia” und das Amon Düül II-Cover “Wie der Wind am Ende einer Straße”, die beide gut in einen Gialloscore gepasst hätten.

Eine dezente Melancholie durchzieht die insgesamt vierzehn Tracks, die alle von meist warmen Klangfarben und einer feierlichen, ernsthaften Stimmung geprägt sind. All dies fungiert wie eine Klammer, die diese eigentümliche Sammlung zwischen Album und Compilation zusammenhält und am Ende doch wie einen zusammenhängenden Kosmos wirken lässt. (U.S.) — April 2019

WESTZEIT
Die ersten vier Stücke dieser CD basieren auf T.S Eliots Gedicht ‘The Waste Land’ Susannah Rooke las einige Zeilen daraus und Frajerman strickte eine bezaubernde Musik rund herum. Eine Musik, die sehn- süchtig, warm und heimlig ist und die doch Qualität und Tiefe hat. Bei mir stellt sich hier ein ähnliches Gefühl ein wie da- mals, als ich die vielfältigen Schöneiten der ‘Made To Measure’ -Serie entdeckte. Ambiant, der nicht einschläfernd wirkt, AvantGarde bar jeder Selbstgefälligkeit und PopAppeal ohne Dummheit. Da passt es, dass die zweite Hälfte mit einem Mi- nimal Compact-Cover beginnt, Das von ‘Lowlands Flight’ stammt, denn war 1987 der MTM-Beitrag der israelishen ExperimentalWaver. Cello/Geige/Brat sche-Grandezza, zarte Saxophonlinien und gefühlvolle Elektronik Teppiche domi- nieren, beim Amon Düül II-Stück kurz vor Schluss wird auch mal psychedelisch ge- orgelt, kurz : wer die sanfte Se der se- miklassichen PopAvantGarde mag, ist hier genau richtig. (Karsten Zimala) — April 2019.

VITALWEEKLY.NET
Somewhere in the back of my mind, I hear a grey cell piping up saying ‘you know Denis Frajerman’ and I can’t remember where what and when. A quick look on Discogs told me he had a bunch of mid-’90s releases on the no longer existing label Noise Museum. He was also a member of Palo Alto, along with Laurent Pernice. One of the ‘old’ guys then, and seeing Klanggalerie releases his CD is a confirmation of that. That Viennese label released new and old music by mainly old dudes; The Residents are heavily present in their catalogue, but also Renaldo & The Loaf, Bourbonese Qualk and a re-surfaced Eric Random. Sadly, I don’t hear many of the label’s output. Here we have two works on one CD. First, there is the four-part ‘Wastelands’, with Susannah Rooke reciting the T.S. Eliot poem (April is the cruellest month and so on). Originally Frajerman used rhythm boxes and keyboards but had it re-recorded with drums cello, violin, guitar, bass clarinet and saxophone. The other part is called «Lawrence Of Arabia» and contains of ten songs, for a more or less similar set-up. It says on the press info: ‘no computers, no samplers, no sequencers’, as if that is some sign of quality. I never get this mentioning of things not used. Must be me. These pieces were all previously released on compilations and all recorded in recent years. One is a cover of a Minimal Compact Song, and the album is dedicated to Samy Birnbach, the singer of that Israeli group. I quite enjoyed the small orchestral sound of the ‘Lawrence Of Arabia’ pieces. It has a great Middle Eastern feel, and yes, I know that is a too generic approach, but it’s best I can do. The music is mostly instrumental, mellow and direct. I was reminded of the other fine Frenchmen with small chamber music, Pascal Comelade and Klimperei for instance. A microphone is set-up and around it, people are playing their instruments, not further make-up to the sound, no fancy studio tools. The four pieces that makeup ‘Wastelands’ are similar, perhaps less ethnic in feel, but perhaps with the voice being so very much upfront in the mix, it makes it hard to avoid, to see it as part of the total musical picture. For someone like me, who likes mostly instrumental music, that is perhaps a bit too much voice. Maybe I am more the kind of guy who picks up ‘Wastelands’ while listening to a piece of music, which could very well the ‘Lawrence Of Arabia’ pieces on this release. (FdW)— May 2019.

DARK ENTRIES
Denis Frajerman is een origineel lid en medecomponist van de Franse experimentele groep Palo Alto. Denis heeft een grote interesse in literatuur en de mondelinge overdracht er van. Hij werkt dan ook op regelmatige basis samen met schrijvers en vertellers voor radiosessies, oratoria of op plaat. Twee van zijn favoriete auteurs zijn Antoine Volodine en Jacques Barbéri. Zijn solodebuut in 1999 was sterk beïnvloed door het werk van Volodine. Ze delen dezelfde belangstelling voor alles wat te maken heeft met horror, zwarte humor en hekserij. De laatste jaren werpt Frajerman zich op als componist voor soundtracks, dansvoorstellingen, objecttheater, documentaires plus animatie- en kortfilms. Muzikaal heeft hij zich toegelegd op het spelen van gitaar en zijn aandacht gaat uit naar volksmuziek uit Griekenland en country blues uit de zuidelijke staten van de VS. Zijn nieuwe album bestaat uit twee delen. Het idee voor het eerste luik ‘Wastelands’ rijpte bij Frajerman al tien jaar geleden. Het is een project waar de stem van Susannah Rooke centraal staat. De teksten die ze declameert komen uit het vijf delen omvattende gedicht ‘The Wasteland’ van auteur Thomas Stearns Eliot. Het instrumentarium evolueerde van ritmeboxen en toetsen naar een akoestische setting van drums, strijkers, saxofoon en klarinet. Het tweede deel bestaat uit composities die eerder reeds werden gepubliceerd op een aantal compilaties in de periode 2016-2018. ‘Clock Bird’ is een cover van Minimal Compact. Het origineel vind je terug op de elpee ‘Made To Measure vol. 10’ (1987). ‘Wie Der Wind Am Ende Einer Strasse’ is oorspronkelijk van Amon Düül II en terug te vinden op hun album ‘Wolf City’ uit 1972. De meeste nummers hebben een Oosters karakter. Daarom koos Denis voor ‘Lawrence Of Arabia’ als verzamelnaam voor deze collectie songs. Het is ook één van zijn favoriete films. Denis Frajerman • Wastelands/Lawrence Of Arabia • CD • Dark Entries 28.05.19, 09:39 http://www.darkentries.be/nl/recensies/denis-frajerman-wastelands-lawrence-of-arabia/ Seite 2 von 2 De plaat zelf is in zijn geheel erg rustgevend. Er wordt fraai gemusiceerd. De verschillen tussen de twee delen zijn niet zo groot. De overgang gaat geleidelijk. De sterkste punten van verscheidenheid zijn uiteraard de Oosterse elementen en ook de wat jazzy invloeden die hier en daar opduiken. ‘Wastelands/Lawrence Of Arabiai’ is een sierlijke verzameling van hedendaags klassieke muziek. (Paul Van de gehuchte) — June 2019.

MUSIC MAP
Dall’unione di due singole entità nasce “Wastelands/Lawrence of Arabia” (appena uscito per Klanggalerie Records), nuovo lavoro dell’artista francese Denis Frajerman, da trent’anni protagonista – attraverso varie incarnazioni, tra cui il progetto Palo Alto, titolare di quindici album dal 1989 ad oggi – di una nicchia al confine tra avanguardia, jazz, contemporanea. Numerosi i suoi contributi nel campo della sonorizzazione di materiale filmografico e documentaristico, come nell’ambito dell’intrattenimento a vari livelli (musica per animazione, teatro, danza). Le prime quattro tracce (che compongono “Wastelands”), composte in un arco temporale di circa dieci anni, ruotano attorno alla voce di Susannah Rooke che declama estratti da “The Waste Land” di Eliot: basi inizialmente elettroniche sono state rielaborate dallo stesso Frajerman in versione acustica con l’impiego di archi, fiati e percussioni. La seconda parte (che compone “Lawrence of Arabia”), decisamente più ricca di spunti, è invece imperniata su sfaccettate divagazioni in territori che lambiscono arie latine (le maracas di “Delicias”), orientaleggianti (“Express”, per violini e basso), schegge di jazz (“Nostalgy”, “MélanColia”), suggestioni cameristiche (“Captain Nemo’s death”, “Orient”) e mantriche ripetizioni psichedeliche in maschera prog ad aggiungere un elemento di sottile inquietudine: materiale già apparso su raccolte pubblicate tra il 2016 ed il 2018 e qui riordinato con spirito non soltanto compilativo. Due le cover, entrambe pregevoli: quella piuttosto fedele di “Clock bird” dei Minimal Compact (autori anche della musica di “Neither living nor dead” in apertura), al cui vocalist Samy Birnbach è dedicato l’intero album, e quella più personale di “Wie der wind am ende einer strasse” degli Amon Duul II, riletta in versione quasi noir, notturna ed insinuante come fosse un pezzo dei For Carnation. Cinquantatre minuti di squisita fattura, caleidoscopica miscela di istanze disparate mirabilmente ricondotte ad unità. (Manuel Maverna) — June 2019.

ONDAROCK
Un album diviso in due parti. La prima è costruita intorno alla voce di Susannah Rooke che legge « The Waste Land » di T.S. Eliot. Quattro brani magnetici, in cui il violoncello di Carole Deville e la chitarra di Frajerman disegnano scenari apocalittici per accompagnare le parole del sommo poeta inglese. Il clarinetto basso e i sassofoni suonati da Laurent Rochelle aggi- ungono profondità inestricabili alle dinamiche delle composizioni, viaggi interculturali che azzerano le distanze tra Oriente e Occidente.
Ancora più affascinante, sebbene meno epidermica, la seconda parte dell’album: una manci- ata di brani composti e registrati in diverse occasioni, accumunati da vaghi riferimenti alla terre del Medio Oriente e per questo raccolte sotto il nome di “Lawrence of Arabia”. Ad ac- compagnare Frajerman, ci sono una mezza dozzina di musicisti straordinari: Claude Chal- houb ed Hélène Frissung al violino; Carole Deville al violoncello; Fanny Kobus alla viola; Loïc Schild alle percussioni; Daniel Palomo-Vinuesa e Quentin Rollet ai sassofoni.
L’orchestra messa su dal polistrumentista francese assomiglia ai gruppi che hanno colorato i dischi di Kip Hanrahan negli ultimi quarant’anni: musicisti di diversa estrazione si ritrovano con lo scopo di dar voce alle visioni musicali e letterarie del direttore d’orchestra. La gram- matica è una babele di fonemi presi in prestito dal jazz, dal blues, dalla new wave, dalla mu- sica classica e dalle musiche provenienti da ogni angolo del mondo.
La prima traccia della seconda parte dell’album è una cover di “Clock Bird” dei Minimal Compact: una danza ipnotica trasformata in un saltarello per una dimensione aliena. Un’at- mosfera liturgica alla Dead Can Dance pervade anche la traccia che segue, “Las Delicias”, sorta di blues ultraterreno da suonare nel mezzo della notte.
Un bagno ambient degno delle Possible Musics di Brian Eno fa risplendere la melodia di “Ex- press” in tutta la sua straziante bellezza. Prima del gran finale c’è spazio anche per una cover degli Amoon Düül, “Wie Der Wind Am Ende Einer Strasse”, una ballata di psichedelica stella- re resa in tutto il suo splendore. Frajerman ci tiene a precisare che per la registrazione del- l’album non è stato utilizzato nessun computer, nessun campionamento e nessun sequencer. Chapeau. (Roberto Mandolini) — August 2019.

MUSICA DA CAMERA
Il compositore francese Denis Frajerman pubblica un album diviso nettarnente in due, con una prima parte – ‘’Wastelands’’ – caratterizzatadalla sobria voce recitante di Susannah Rooke su testi di Eliot, e una seconda, ispirata a Lawrence d’ Arabia, nata corne composizione per tastieree batteria elettronica ma qui convertita in musica per ensembleacustico con ance, archi, percussioni. L’ ascolto scivola placidamentetra influenze jazz e neoclassiche, unfilo di pinguini al caffè, un pallidoriflesso di lune in frac, perizia strumentale,buon gusto ed esotismo d’accatto. Sono incluse una coverdei Minimal Compact (al cantantedi questi, Sarny Birnbach, il disco èdeclicato) e una degli Amon Düül II. (Giuseppe Aiello) — November 2019.

HERBES & GOLEMS


RYTHMES-CROISES.ORG
J’avais déjà parlé ici même de Denis FRAJERMAN. C’était alors à propos de son superbe Rivières de la nuit. Et pour reprendre ce que j’écrivais, “Denis FRAJERMAN, qui a d’abord fait ses premiers pas de compositeur au sein du groupe expérimental français PALO ALTO, a toujours été passionné de littérature et d’oralité, collaborant régulièrement avec des conteurs et des écrivains lors d’émissions de France Culture. Compositeur de bandes-son pour des spectacles de danse contemporaine, de théâtre d’objet, des films d’animation, des courts métrages, des documentaires, il développe depuis quelques années en tant que guitariste une approche de cet instrument influencée par la musique folklorique grecque et le blues rural du sud des États-Unis.
Son haut fait d’arme restait jusque-là Les Suites Volodine, organisées autour des livres d’Antoine VOLODINE, avec il partage un goût prononcé pour les ambiances envoûtantes, l’humour noir et la sorcellerie. Mieux, FRAJERMAN et VOLODINE ont également collaboré à deux reprises pour créer Des Anges Mineurs, oratorio post-exotique pour un ensemble de 6 musiciens, cantatrice, narrateur, danseuse et vidéaste, et Vociférations, cantopéra pour 11 musiciens, commande des Ateliers de Création Radiophonique de France Culture.
Si ses mélancoliques et raffinées Rivières de la nuit semblaient loin du « post-exotisme » exacerbé des Suites Volodine, avec Herbes et Golems, Denis FRAJERMAN revient à ses premières amours : la littérature d’Antoine VOLODINE. Ce nouvel opus est inspiré d’un livre du même nom publié en 2012 aux Éditions de l’Olivier sous le pseudonyme de Manuela DRAEGER, un des nombreux noms de plume de d’Antoine VOLODINE. Dans des atmosphères sonores grouillantes de marécages, des bruits s’entremêlent, tour à tour inquiétants ou étranges.
La présentation qui est faite de l’album nous les décrit : “Percussions tribales, orientalisme surréaliste, ritournelles enfantines et malsaines, faune menaçante, grillons et clochettes indiennes, corbeaux rieurs, orage glaçant, aboiements lointains, chouettes amoureuses, discours radiophoniques absurdes, pas qui avancent dans une forêt hantée. Les sonorités sont riches et puisent autant dans la folk, la musique électro-acoustique, le field recording, les airs de carnaval et les musiques traditionnelles de l’est. L’instrumentation mélange flûte, guitare basse, claviers, guimbardes, violoncelle, piano, boîte à rythmes, manipulations de bande magnétique, bruits de nature ou ustensiles de cuisine pour créer des pièces sonores nocturnes qui font du collage un art puissamment poétique. L’imaginaire est sollicité de la plus vive des manières.”
Voici la preuve que l’univers de Denis FRAJERMAN est toujours aussi fou, osé et original qu’à ses débuts, inquiétant et fantasque, libre et inclassable. Au final, il faut considérer Herbes et Golems comme un film sans images, juste des sons et des mots, certes énigmatiques mais parfaitement évocateurs. (Frédéric Gerchambeau) – February 2019.

DAVID F PRESENTS
Mon ami Denis Frajerman sort ce mois ci un splendide nouvel album intitulé « Herbes et golems ». En voici un extrait, où l’on rentre directement dans le vif du sujet. Mais je vous conseille d’écouter l’album en entier (qui est vraiment conçu comme une suite musicale qui se développe dans le temps) en suivant ce lien. C’est très bien mixé et complètement intemporel (ce disque aurait bien pu sortir chez Recommended Records il y a 20 ans, par exemple) mais en même temps complètement Denis Frajerman ! Au début du disque j’entends comme un clin d’oeil à la musique de Moondog surtout à cause des rythmiques et des maracas… Mais les références sont trop réductrices pour donner un réel aperçu de la musique. Et comme souvent chez Denis Frajerman, il y a un lien très fort à la littérature : ce disque a été inspiré du livre de Manuela Draeger (aka Antoine Volodine), “Herbes & golems” (Editions de l’Olivier). Le disque doit s’écouter comme un long voyage en sons autour du monde. My Life in the Bush Of Ghosts version Frajerman. (David Fenech) — October 2018.

NEOSPHERES
« C’est toujours un plaisir d’apprendre la sortie d’un nouvel album de Denis Frajerman, car c’est la sûreté d’être projeté dans un imaginaire de steppe sibérienne, au plus proche de l’élément végétal, là où la beauté foisonnante n’en cache pas moins en trompe l’oeil un danger de mort imminente.
Le plaisir est d’autant plus grand avec Herbes & Golems que l’idée originelle qui l’a animé est de constituer une suite à son premier album solo Les Suites Volodine, celui-là même qui nous avait pour la première fois projeté dans l’univers du post-exotisme d’Antoine Volodine. À l’époque cela provoqua en retour pour nous la découverte de ce magnifique auteur du post-apocalyptisme totalitariste, de ses premiers écrits dans la collection de science-fiction « Présence du futur » à Des anges mineurs (éditions de L’Olivier, 2001) en particulier. Denis Frajerman s’inspire vingt ans plus tard, de Herbes et golems (éditions de L’Olivier, 2015) de Manuela Draeger (l’un des nombreux hétéronymes d’Antoine Volodine). Ainsi donc, nous retrouvons des éléments que Denis Frajerman n’a jamais vraiment laissés de côté : des rythmes de transe, des bruissements, des cris et chants d’animaux et d’oiseaux, quelques autres atmosphères empruntées à l’infinie palette fournie par la nature, ici la menace d’un loup, là une averse orageuse faisant parler le dieu-tonnerre, ou encore l’habileté de mélodies doucement inquiétantes. Le tout est servi par un poly-instrumentiste jouant avec les limites techniques, car Denis Frajerman agit seul sur ce disque, comme au temps des Suites Volodine. Il y a bien sûr quelque chose de chamanique dans Herbes & Golems, la musique ouvre un intriguant point de passage vers l’autre monde, celui des esprits ». — November 2018.

OBSKÜRE
Après le très beau et lyrique Rivières de la nuit, Denis Frajerman revient avec Herbes et Golems à ses premières amours : la littérature d’Antoine Volodine. Inspiré d’un livre du même nom publié en 2012 aux Editions de l’Olivier sous le pseudonyme de Manuela Draeger, le disque se réapproprie, vingt ans après Les Suites Volodine (Noise Museum, 1998), le style post-exotique qui a fait la réputation du compositeur issu de la formation de musiques nouvelles, Palo Alto.
Dans des ambiances grouillantes et marécageuses, des bruits étranges s’entremêlent : percussions tribales, orientalisme surréaliste, ritournelles enfantines et malsaines, faune menaçante, grillons et clochettes indiennes, corbeaux rieurs, orage glaçant, aboiements lointains, chouettes amoureuses, discours radiophoniques absurdes, pas qui avancent dans une forêt hantée… Les sonorités sont riches et puisent autant dans la folk, la musique électro-acoustique, le field recording, les airs de carnaval et les musiques traditionnelles de l’est. L’instrumentation mélange flûte, guitare basse, claviers, guimbardes, violoncelle, piano, boîte à rythmes, manipulations de bande magnétique, bruits de nature ou ustensiles de cuisine pour créer des pièces sonores nocturnes qui font du collage un art  puissamment poétique. L’imaginaire est sollicité de la plus vive des manières.
Le romantisme néoclassique et les épanchements jazz des Rivières de la nuit nous avaient lancé sur une fausse piste, l’univers de Denis Frajerman est toujours aussi fou qu’à ses débuts, inquiétant et fantasque, libre et inclassable. Au bout du compte, Herbes et Golems serait comme une adaptation cinématographique d’une œuvre de Volodine mais avec juste des sons et des mots, certes énigmatiques mais ô combien évocateurs. (Mäx Lachaud) — January 2019.

RIVIÈRES DE LA NUIT


RYTHMES-CROISES.ORG
« Denis FRAJERMAN, qui a d’abord fait ses premiers pas de compositeur au sein du groupe expérimental français PALO ALTO, a toujours été passionné de littérature et d’oralité, collaborant régulièrement avec des conteurs et des écrivains lors d’émissions de France Culture. Compositeur de bandes-son pour des spectacles de danse contemporaine, de théâtre d’objet, des films d’animation, des courts métrages, des documentaires, il développe depuis quelques années en tant que guitariste une approche de cet instrument influencée par la musique folklorique grecque et le blues rural du sud des États-Unis.
Son haut fait d’arme restait jusqu’ici Les Suites Volodine, organisées autour des livres d’Antoine VOLODINE, avec il partage un goût prononcé pour les ambiances envoûtantes, l’humour noir et la sorcellerie. Mieux, FRAJERMAN et VOLODINE ont également collaboré à deux reprises pour créer Des Anges Mineurs, oratorio post-exotique pour un ensemble de 6 musiciens, cantatrice, narrateur, danseuse et vidéaste, et Vociférations, Cantopéra, pour 11 musiciens, commande des Ateliers de Création Radiophonique de France Culture.
Cependant, avec ce tout récent Rivières de la nuit, nous sommes désormais bien loin du « post-exotisme » exacerbé des Suites Volodine. Ceci fait place nette pour une musique raffinée et mélancolique, puisant tour à tour dans la musique contemporaine, la folk, la cold wave, le jazz ou encore la musique de chambre. Ces neuf pièces se révèlent mystérieuses et hantées, sinueuses et aériennes, en plus d’être rehaussées de cordes magnifiques et de voix féminines aux intonations magiques. Des images naissent dans notre tête. Des rêves ? Des souvenirs ? Ou des espoirs déçus ? Nous ne savons plus.
Rivières de la nuit est construit autour du livre homonyme de Xavier BOISSEL, écrivain né en 1967 à Lille. Redoutant un cataclysme planétaire, une Fondation a construit dans les glaciers d’une île, au Pôle Nord, une chambre cryogénique censée préserver la diversité des espèces végétales – environ cinq millions d’échantillons – peuplant la planète. Elle charge Elja Osberg d’en être la sentinelle. Très vite, une catastrophe climatique de grande ampleur survient. Elja Osberg comprend qu’il est le dernier homme.
À partir de ce récit riche et prenant, Denis FRAJERMAN, tisse sa musique avec art et méthode, méticulosité et sensibilité. On pense ici à COCTEAU TWINS, là à Béla BARTOK, ou encore à Bernard HERRMANN et à Michael NYMAN. C’est assez dire la très haute qualité de ce nouvel album et le plaisir qu’il procure à chaque nouvelle écoute ». (Frédéric Gerchambeau)— December 2017.

ROCKERILLA

« En quarante ans de carrière [sic] Denis Frajerman s’est fait une réputation de poète de la musique. Après l’ expérience Palo Alto le musicien français a publié des albums de plus en plus expérimentaux, privilégiant ces dernières années les travaux avec les quartet à corde et les chanteuses lyriques.
 »Rivières de la nuit » est un album choral : un orchestre d’une douzaine d’instrumentistes accompagne sur la pointe des pieds les compositions du patron, dans un nuage suspendu entre folk et musique classique. Le légendaire trompettiste Rhys Chatham fait même une apparition dans le très long morceau « Un aurore de Lune ». (Roberto Mandolini)— January 2018.

MEDIA PART

« Musique répétitive, quatuor à cordes (Hélène Frissung, Fanny Kobus, Carole Deville), bois (Cassandre Girard à la flûte, Laurent Rochelle à la clarinette basse et au soprano, mais aussi Daniel Palomo-Vunesa aux saxophones et Rhys Chatham à la trompette), percussion plutôt que batterie (Jeremy Chinour, Loïc Schild), poésie vocale (Guillaume Boppe, Sophie M, Géraldine Ros, Justine Schaeffer), on retrouve encore ces références dans Rivières de la nuit du guitariste Denis Frajerman. Comme dans les autres disques, le jazz s’affranchit ici du swing en privilégiant néanmoins les expressions individuelles se dégageant d’orchestrations soignées. Les voix se font incantatoires ou simplement narratives. Les instrumentaux évoquent des paysages cinématographiques dont le cinéma ferait bien de se passer quand il joue les redondances ! La musique a un pouvoir évocateur inégalable, suggérant le hors-champ mieux que toutes les images ». (Jean-Jacques Birgé) — February 2018.

RNE3

“Rivières De La Nuit” es el primer álbum producido por Douzième Lune, un sello dedicado a la creación experimental y contemporánea. Rivières de la nuit, se ha estado gestando durante varios años y es un testimonio de la importante evolución musical de Denis Frajerman.
El tormentoso post-exotismo de Les Suites Volodine se ha ido hace tiempo, dejando espacio a la música refinada y melancólica que se basa en la música contemporánea, el folk, la cold wave, el jazz y la música de cámara. Los tracks del disco resultan ser piezas inquietantes y vaporosas con su especial incapié en el lirismo, las cuerdas y las voces femeninas llevadas a su máxima expresión por los actores instrumentales y los artistas invitados.
“Rivières de la nuit” desarrolla la dimensión de banda sonora como podemos apreciar en el tema que escuchamos esta noche: “Glassnost” parece ser un homenaje a la música de Michael Nyman compuesta por Peter Greenaway. Un mundo rico y visual (Une Aurore de Lune y sus evocaciones paisajistas) en el que el escritor Xavier Boissel encontró la inspiración para su escritura. Un trabajo de alta calidad centrado en la imaginación.

LIABILITY

« Il est parfois usant de chercher un label pour sortir ses propres disques. Entre diverses tractations et attentes interminables, il n’est pas étonnant de voir certains artistes créer leur propre structure afin de tout maîtriser. C’est le cas de Denis Frajerman (membre de Palo Alto) qui a monté Douzième Lune afin de pouvoir sortir Rivières de la nuit, un album dont la gestation a été plus que longue puisque s’étalant sur plusieurs années. Il faut dire qu’il aura fallu réunir pas mal de monde pour concevoir ce disque En effet, Denis Frajerman n’a pu faire ce disque seul et il s’est entouré de bon nombre de musiciens comme Rhys Chatam, Carole Deville ou Hélène Frissung. C’est aussi sans compter sur les chanteuses (Sophie M, Justine Schaeffer et Géraldine Ros) qui renforcent ce qui s’apparente comme une bande son marquée par l’influence d’un Michael Nyman. Même si ce n’est surement pas la seule, elle est tout de même assez récurrente. Pour autant, Rivières de la nuit est, comme son nom l’indique, un beau disque aux accents nocturnes. Si celui-ci s’éloigne de ses premières expériences électro-acoustiques, il est plus dans la continuité de ce qu’il a pu déjà réaliser au sein du Frajerman String Quartet. Ceci étant, on sent que la seule musique acoustique orienté vers la musique de chambre n’est pas le seul élément qui a inspiré ce disque. Le jazz, la cold wave, la musique de film sont des parts non négligeables dans l’ossature de Rivières de la nuit. Dans un univers onirique qui fait une part belle à une sorte de mélancolie qui ne tombe jamais dans la dépression. Bien au contraire, la mélancolie de Denis Frajerman est souvent heureuse, rêveuse et voyageuse. Elle développe une sorte de poésie qui touche autant au cœur qu’à l’intellect. Si Rivières de la nuit est un disque soigné, subtil et fourmillant de détails (rien qu’un morceau comme Aurore de lune vaut son pesant de cacahuètes) il a aussi ce petit côté précieux, mais jamais fragile, qui donne l’impression que la musique de Denis Frajerman a été déposé dans un écrin. Quand celui-ci s’ouvre toute la richesse de ce disque éclate et se diffuse comme un doux poison dont on ne peut plus se passer. En constante mutation, Denis Frajerman continue donc d’évoluer et il ne finit plus de nous surprendre, Rivières de la nuit étant peut-être à ce jour l’une de ses plus belles réalisation »s. (Fabien)— March 2018.

VITALWEEKLY.NET

« Musical activities started for Frajerman with the French experimental band Palo Alto. He recorded a dozen albums between 1989 and 2011 with this band that I only know by name. In 1999 he released his first solo album ‘Les Suites Volodine’ (Noise Musem/Naïve, 1999), a work inspired on the writings of Antoine Volodine. Also Frajerman is above all a poet, who happens to be a musician as well. So many of his projects intertwine music and poetry in one-way or another. This is also the case for his new album ‘Rivières de la nuit’. It is the first release by Douzième Lune, a label that will release more stuff by Frajerman in the near future. Although the poetry is found most of all in the music itself, as this album is mainly instrumental. Frajerman himself plays guitars and small percussion and is assisted by about 13 musicians (vocals, violin, percussion, saxes, cello, flute, etc.). Surprising is the appearance of Rhys Chatham in one track on trumpet. But this concerns a recording from 1997. The music is of a very melancholic nature, as well as melodic and lyrical. He combines aspects of jazz, folk, and chamber music. In atmosphere and aesthetic there is a link with the Hector Zazou albums in the Made to Measure Series for Crammed Disc. This especially counts for the opening track ‘The Lifts’. The compositions are nice and colourful instrumented and arranged. ‘Noverem’ has beautiful vocals by Géraldine Ros. All music is composed, arranged, recorded and mixed by Frajerman himself, and well performed by his crew. Nice nostalgic and imaginative music ». (DM) — January 2018.

MUSICMAP

“Rivières De La Nuit” è il titolo del nuovo lavoro di Denis Frajerman, polistrumentista e compositore francese ex Palo Alto, con una grandissima passione per la letteratura. Frajerman, per questo suo nuovo disco, ha potuto contare sulla collaborazione di un gran numero di musicisti, confezionando ancora un prodotto piuttosto complesso, figlio dell’ispirazione letteraria e della commistione fra diversi generi. Il disco si apre con il lento evolversi di “The Lifts”, sorretto da brevi inserti di fiato e di archi e costruito intorno alla calda voce di Sophie M.. Più scura è l’ambientazione della titletrack: manca la voce, ma le sono le suggestioni cinematografiche a impreziosire il brano. I ricami eleganti e delicati di “Noverem” esaltano il timbro di Geraldine Ròs. Dopo i due minuti di violoncello di “Cello Solo”, ambientazioni filmiche ricompaiono con “Lambeaux De Ciel”, poi risulta ancora evocativo il titolo di “Requiem For Elja”, data la sua atmosfera funerea. Lo spoken di Justine Schaeffer caratterizza “La Poupée de Fil Dorée”, mentre il lungo percorso di “Une Aurore De Lune” segue schemi più articolati e imprevedibili. “Glassnost” suggella il disco fra le splendide modulazioni vocali di Justine Schaeffer. Frajerman realizza un altro bel lavoro, figlio di grande ricercatezza e del talento di tutti i musicisti coinvolti per la sua realizzazione ». (Piergiuseppe Lippolis) — January 2018.

AMUSIO
« Wie es sich für einen gestandenen Musiker mit Einzugsbereich und Wirkmacht ziemt, beschränkt sich das Schaffen des Denis Frajerman bei weitem nicht allein auf seine Partizipation bei Palo Alto. So stellt auch Rivières De La Nuit (Douzième Lune) nominell nur eine weitere Facette des Komponisten mit Hang zu Gitarre und Perkussion (wenn nicht gar zur Multi-Instrumentalität) dar. Über Jahre von einem insgesamt zwölfköpfigen Ensemble eingespielt, entführt Rivières De La Nuit über jene kategorischen Grenzen hinaus, die an der Schnittstelle von Jazz, Ambient und Kammerpop entstehen.
So dürfen mal wieder die Veröffentlichungen des Crammed Disc Labels dazu herhalten, um kurz anzudeuten, was sich auf Rivières De La Nuit so alles abspielt. Und das ist mehr als eine vorab bestimmbare Menge. Denn mit jeder Wendung, mit jedem Kniff, der vorgenommen wird, waltet eine Einladung zur unvoreingenommene Versenkung, wobei der zur Verfügung stehende Klangkörper seine Reize stets sukzessive und wohl dosiert entfaltet.
Allein bei dem über zehnminütigen Raumklangwunder Une Aurore De Lune könnte man der Versuchung erliegen, sich auf einer Streckbank zu wähnen. Denn wo zuvor (und beim Ausklang mit dem vokal veredelten Glassnost danach) die kompositorische Disziplin ihr Zepter subtil zu schwingen verstand, tritt hier, zu guter (Vor-)Letzt, doch noch eine konzeptionelle Strenge an den Tag, die dem an sich von einer bemerkenswerten Leichtigkeit allen Seins durchdrungenen Albums eine Pose verschafft, welche dem Format zur Vollendung gereicht. Wohl bekomme der Leckerbissen ». (Stephan Wolf ) — February 2018.

SONIC SEDUCER

« Das junge Label Douzième Lune nimmt seine Aktivitäten mit einem ambitionierten Album des Musikers Denis Frajerman auf. Bekannt ist Frajerman u.a. durch seine Veröffentlichungen auf Noise Museum und als Teil der höchst umtriebigen Band Palo Alto. Mit mehr als einem Dutzend Gastmusiker entwirft er auf „Rivières De La Nuit“ eine frische wie zeitlose Form melancholischer Musik. Folk, Kammermusik, Jazz und unterkühlter französischer Wave verschmelzen ineinander. Béla Bartók steht als Referenz ebenso im Raum wie die Cocteau Twins oder die Filmscores von Michael Nyman. Auch wenn Frajerman und seine Gäste dem Pop näherstehen als dem Kunstlied – hier denkt jemand in großen Dimensionen. Dazu passt auch, dass dieses Album nur den Anfang der Zusammenarbeit mit Douzième Lune darstellt. Eine 4-CD-Box nebst umfangreichen Text- und Bildband wartet ebenso auf ihre baldige Veröffentlichung wie ein Album mit vertonten T. S. Elliot-Texten ». (Sascha Bertoncin) — February 2018.
NITESTYLEZ
 »Put on the circuit as cat.no. 001 of the new label Douzieme Lune is « Rivieres De La Nuit », the most recent album by Denis Frajerman who has been active as a solo producer since 1995 and left his mark on the scene as a member of groups like Palo Alto or Le Chiendent as well. With his latest album the French artist, alongside an army of guest musicians, kinda leaves his experimental roots behind and feasts in a deep, and obviously red wine-infused, rainy afternoon melancholia, starting with the 8+ minutes Jazz Noir / Pop Noir piece « The Lifts » with its beautiful vocals and folksy, hand-picked guitars meandering through the stereo field whilst the title track provides an exotic yet hypnotic, slightly Krautrock-influenced traction and « Noverem » pairs Exotica, Latin elements and Opera-influenced vocal exercises to a unique and thrilling effect. With « Cello Solo » we find a darkish, approx. 2 minutes long skit which is exactly what its title promises, « Lambeaux De Ciel » comes across as a vernal, innocent and pure take on what modernist, instrumental Folk can be these days whilst « La Poupee De Fil Doree » is a multilayered exercise in ever repeating motifs in Jazz and « Requiem For Elja » brings on a somehow Future Jazz-related, dancey feel whilst introducing both widescreen panorama arrangements and Spoken Word poetry to the listener. The nearly eleven minutes spanning « Une Aurore De Lune » evokes, without being Rock-related at all, memories of a beloved Rock classic whose name escapes us right now and the final cut « Glassnost » provides quite a bit of (Neo)Classical drama and sonic expressionism for those who know. Defo one of a kind, this album is ». — February 2018.