Macau Peplum (reissue)

Released: November 2020

Label: Klanggalerie ‎(gg341)

01/ Qui vole un œuf vole bas
02/ Macau peplum
03/ Romulus vulvus
04/ Zöl forceps (spartacus)
05/ Kruï ta race
06/ Bec de mièvre
07/ Les Nénés d ‘Énée
08/ Le Voyeur

 

 

 

Tracks 01 – 07
Jacques Barbéri
: saxophone alto, chœurs
Sandrine Bonnet : chant, percussions, claviers, objets trouvés
Frédéric D’Oliveira : percussions
Denis Frajerman : claviers, basse, percussions, batterie, électroacoustique, balalaïka, 
 rebab, chœurs
Yannick Lemesle : violon, clarinette, chant
Arnaud Ouvrard : percussions
Philippe Perreaudin : ordinateur
Eric Roger : cornet, chant
Susannah Rooke : voix
Hervé Zénouda : zarb

Tracks 08
Jacques Barbéri : saxophone alto
Régis Codur : guitare, voix
Denis Frajerman : claviers, voix, électroacoustique
Eric Roger : cornet, accordéon russe d’enfant
Hervé Zénouda : zarb

En écoute « Bec de mièvre » (extrait)

Enregistré et mixé au studio Nautilus par Denis Frajerman en huit pistes analogiques.
Mastering : Norscq
Artwork / Illustration : Jeremy Chinour (Rewind Ltd.)

Le Voyeur est une commande de Jérôme Trinssoutrop pour son livre de linogravure.

Listen Bandcamp


Membre fondateur du groupe underground Palo Alto (Le Clos, Trash et Artères, Le Disque Dur), Denis Frajerman s’est fait remarquer en 1998 avec un premier disque solo, Les Suites Volodine (Noise MUseum Naïve), où il maniait l’électroacoustique avec dextérité. Son second disque Fasmes, prolonge cette science du bruit musical filtré, copié, tranformé et monté pour créer une musique souterraine faite de mille petits sons brinqueblants. Après Les Suites Volodine, avec Fasmes, le musicien souhaitait «produire une musique très différente, moins léchée, sans affinage, brute (…) une extrapolation autour d’un kit limité de sons (casseroles, objets trouvés…), un point de vue blanc occidental sur certaines musiques traditionnelles orientales et africaines, une world musique «post-colonialiste».


SILENCE AND SOUND
Cette réédition de Macau Peplum, sortie initialement en 1999 sur Noise Museum, est l’occasion de partir à la découverte de Denis Frajerman et de son monde fantastique, composé autour de débris du quotidien et de poésie souterraine.Entouré d’une ribambelle de musiciens, Jacques Barbéri, Sandrine Bonnet, Frédéric D’Oliveira, Yannick Lemesle, Arnaud Ouvrard, Philippe Perreaudin, Eric Roger, Susannah Rooke, Hervé Zénouda, Denis Frajerman compose un opéra cosmique aux allures de art-pop enraciné dans un jazz astral. La nature prend des allures de conte pour adultes, voyage étrange et envoûtant bercé par des vagues soyeuses aux effluves de jungle luxuriante, plongée hypnotique dans les profondeurs d’un surréalisme musical posé en contrebas de motifs mobiles au minimalisme animal. Un must.
P.S: A noter que le titre Le Voyeur, était prévu comme accompagnement d’un livre de Jérôme Trinssoutrop.

(Roland Torres) — November 2020.

LE MONDE DE LA MUSIQUE
L’auditeur en retient essentiellement un paysage sonore diffus, entre la marmite à confiture et le haricot géant «manipulés» par le compositeur. Sandrine Bonnet est plus présente sur Macau Peplum (1997-99), où «sa voix de monstre» se mêle aux autres instruments, du saxophone de Jac Barbéri au cornet d’Eric Roger en passant par le zarb d’Hervé Zenouda. Macau Peplum comporte, à la différence des Suites Volodine et de Fasmes, des rythmes plus affirmés. Signature obligée de Denis Frajerman : un appareillage caractéristique de percussions insolites et de bruits étranges. A noter que Le Voyeur (1996), petit trésor cinématographique pour l’oreille, est associé à un livre de monogravures de Jérôme Trinssoutrop.
(
Franck Mallet) – May 2000)

MUSIC MAP
Lo so, lo so, l’ho detto piu’ volte: questo è l’album piu’ bello del 2020 maiascoltato. Stavolta ne sono convinto, anche perché siamo a novembre. Senon arrivano altre piacevoli sorprese per Natale. Comunque, perché l’hotrovato cosi’ bello? Perché questo (appena uscito per Klanggalerie) è undisco « vecchio ». E’ diviso, ma allo stesso tempo no, in due parti:  »Macaupeplum » (la tunica di Macao) e  »Le Voyeur » (e qui non traduco, lo sapetecosa signifa, spioni). Tutte registrazioni del 1996,1997 e 1999. Frajermansuona innumerevoli strumenti: tastiere, basso, percussioni, batteria, nastri,balalaika, rebab (una sorta di liuto afgano), voci. Il tutto accompagnato damusicisti del calibro di Herve’ Zenouda (zarb), Eric Roger (corno efisarmonica russa per bambini… o fisarmonica per bambini russi, chissà!),Sandrine Bonnet e Susannah Rooke (voci, infatti nella prima traccia vi è unavoce molto sensuale e gentile, da ascoltare senza fidanzate o mogliattorno). « Sì, ma perché è cosi’ bello? » . Un attimo, ci arrivo! Ascoltate »Romulus Vulvus »,  »Krui Ta Race » e  »Qui vole un oeuf vole bas » ( »chi ruba unuovo, vola basso »). Queste tracce rappresentano appieno l’essenza del lavorodel compositore francese. Voci eteree, suoni di oggetti a caso, leggerezzadegli strumenti (se ci sono) e tanto Medio Oriente. Non c’e’ niente discontato qui. Tutto è lasciato al caso, in modo metodico. Un bellissimoparadosso in questi tempi di canzoni omologate e preconfezionate.
(Matteo Preabianca) — November 2020.

Purchase Album