macau

Macau Peplum

Released: 1999

Label: Noise museum
(Nm072045 – ADO731)

01/ Qui vole un œuf vole bas
02/ Macau peplum
03/ Romulus vulvus
04/ Zöl forceps (spartacus)
05/ Kruï ta race
06/ Bec de mièvre
07/ Les Nénés d ‘Énée
08/ Le Voyeur

En écoute « Bec de mièvre » (extrait)


Jacques Barbéri
 : softland meta-saxophone, electroacoustic-saxophone, chœurs
Sandrine Bonnet : voix, chant, percussions, clavier (3), écrous (3)
Roger Couilloupétrou : clavier, basse, percussions, bruitages, instruments touristiques, chœurs
Frédéric d’Oliveira : percussions
Yann Lemesle : violon, clarinette, bulgare-yogurt chant
Arnaud Ouvrard : percussions
Philippe Perreaudin : computer (4)
Eric Roger : cornet, electroacoustic-cornet, castrat-chant
Susannah Rooke : voix
Hervé Zénouda : zarb

 

 

Enregistré et mixé au studio Nautilus par Denis Frajerman en huit pistes analogiques.
Mastering : Norscq
Plastic Art : Marc Resconi

Le Voyeur est une commande de Jérôme Trinssoutrop pour son livre de linogravure.


Membre fondateur du groupe underground Palo Alto (Le Clos, Trash et Artères, Le Disque Dur), Denis Frajerman s’est fait remarquer en 1998 avec un premier disque solo, Les Suites Volodine (Noise MUseum Naïve), où il maniait l’électroacoustique avec dextérité. Son second disque Fasmes, prolonge cette science du bruit musical filtré, copié, tranformé et monté pour créer une musique souterraine faite de mille petits sons brinqueblants. Après Les Suites Volodine, avec Fasmes, le musicien souhaitait «produire une musique très différente, moins léchée, sans affinage, brute (…) une extrapolation autour d’un kit limité de sons (casseroles, objets trouvés…), un point de vue blanc occidental sur certaines musiques traditionnelles orientales et africaines, une world musique «post-colonialiste».

L’auditeur en retient essentiellement un paysage sonore diffus, entre la marmite à confiture et le haricot géant «manipulés» par le compositeur. Sandrine Bonnet est plus présente sur Macau Peplum (1997-99), où «sa voix de monstre» se mêle aux autres instruments, du saxophone de Jac Barbéri au cornet d’Eric Roger en passant par le zarb d’Hervé Zenouda. Macau Peplum comporte, à la différence des Suites Volodine et de Fasmes, des rythmes plus affirmés. Signature obligée de Denis Frajerman : un appareillage caractéristique de percussions insolites et de bruits étranges. A noter que Le Voyeur (1996), petit trésor cinématographique pour l’oreille, est associé à un livre de monogravures de Jérôme Trinssoutrop.

— Franck Mallet
(Le Monde de la Musique, mai 2000)

Purchase Album